Extrait : Le « Plateau »

22 Août

Voici un extrait de la deuxième partie de ma réflexion sur le printemps Érable (présentement en préparation) :

Quel est le combat identitaire à Montréal ? Dans le reste du Québec, on croit que tout n’est qu’une lente assimilation où le nombre décroissant de francophones est malmené par les anglophones et les immigrants.  En fait, il y a deux Montréal.  Le  Montréal des clans et des quartiers clairement délimités par leur spécificité ethniques, et celui de la « communauté montréalaise » plus amalgamée et ouverte.  Cette ouverture peut toutefois aller jusqu’à la caricature, perçue dans la culture populaire comme étant  « Le Plateau ». Référant bien sûr au Plateau-Mont-Royal avec sa « clique du Plateau » et ses hipsters, tous partisans d’Amir Khadir qui veut implanter un régime anarchiste et islamiste sur le reste du Québec.  La caricature va évidemment dans les sens, ce n’est pas les commerçants du Plateau qui souhaitaient un « Joyeux Décembre ! ».  À chacun ses délires…

Le « Plateau » est plutôt une vision du monde qu’une réalité. Malgré toute sa bonne volonté, son ouverture d’esprit, sa solidarité sociale, sa conscience environnementale; le vrai Plateau est un processus de gentrification où l’on dépossède les résidents pauvres des quartiers populaires, même s’ils y ont vécus toutes leur vie.  Les commerces et les services de premières nécessités ferment pour faire place à des condos et des établissements qui ne servent qu’une infime partie de la population.  Ils sont pour la plupart blancs, riches et instruits, les autres doivent se déplacer vers des endroits que leurs remplaçants déplorent et regardent de haut.  Le Plateau c’est une exclusion atténuée, c’est du snobisme avec une conscience, c’est la société des loisirs avec l’illusion du sens du devoir.

Le « Plateau », c’est déposséder avec le cœur sur la main, la solidarité sociale ne servant qu’à acheter leur confort. Les pauvres n’ont pas besoin de plus de reconnaissance, ils ont besoin de ne plus être pauvres.

Le printemps Érable ce n’est pas le « Plateau ».  Le printemps Érable, c’est Hochelaga-Maisonneuve, c’est Saint-Michel, c’est Côte-des-Neiges, c’est Verdun, c’est Saint-Henri, c’est NDG, c’est même Laval ! C’est tous ces clans, ces châteaux-forts vendus d’un côté ou d’un autre depuis des générations.  Le printemps Érable, c’est voir le théâtre qui cache le vrai combat entre ceux qui possèdent et ceux qui ne possèdent pas.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :