Pause de Philo Politique : GSP et Moi, même combat ! (et petit conseil à ceux qui veulent changer le monde)

17 Déc

Je prend un break mental, car si vous avez lu mes derniers billets je suis « politiquement » déprimé… Après l’euphorie du printemps érable, on retrouve un Québec pas si glorieux et je crois que j’ai tout dit ce qu’il y a dire…  Le cœur n’y est pas, ça m’a pris un mois pour poster le dernier billet… il y a encore plein de fautes et de structures de phrases poches, mais je m’en fous un peu…  Pour le livre sur la GGI, je ne sais pas, je vais sûrement le continuer à temps perdu… je vous ferai signe, si ça avance.

Je n’arrête pas, j’ai d’autres projets qui m’emballe encore plus. N’ayez crainte, je reviendrai sur ce blogue lorsque je le croirai nécessaire.

Mais je vous laisse avec ce dernier petit message :

Un peu d’espoir…

On pourra bien dire ce que l’on voudra, le Capitalisme a toutefois le mérite de s’occuper des gens maintenant, d’offrir des réponses instantanés à des besoins tout aussi instantanés.  Cela est sa grande force et aussi son pire défaut, car dans le capitalisme c’est l’avenir qui écope, tous les problèmes environnementaux sont là pour le prouver.  De plus, le besoin des individus de s’épanouir dans un monde sans barrière, où chacun peut atteindre son plein potentiel qui s’est développé avec le néo-libéralisme nous a également donner les crises financières que l’on vit actuellement.  Ce manque de vision et de volonté de se projeter vers l’avenir, nous amène à des niveaux d’endettement public et privé que l’on est incapable de soutenir, tant individuellement que collectivement.   De l’autre côté, on retrouve un projet absolu auquel on peut tout sacrifier… La Révolution ! Lorsqu’on veut implanter un projet politique utopiste, l’individu passe malheureusement deuxième. Les gens doivent se sacrifier pour la cause, cependant, la récompense ne semble jamais venir et les gens viennent à en avoir marre de ne pas combler leurs besoins, souvent les plus primaire pour des lendemains qui chantent. Après beaucoup de lendemains qui ne chantent pas, on en vient à comprendre l’astuce, on travaille pour les « guides de la Révolution » qui profitent du système autant que les vilains Bourgeois qu’ils combattent.  C’est exactement ce qui est arrivé durant l’épopée communiste, sachant qu’ils engraissaient un sale porc dans le capitalisme, mais qu’au moins ils allaient avoir un peu de récompenses, pour les gens ordinaires même si ce n’était pas beaucoup, c’était mieux que rien.

Malheureusement, les nouveaux révolutionnaires ont encore de la difficulté à accepter cet état de fait.  Si la « Révolution » ne fonctionne pas c’est parce que les anciens étaient faillibles ou que des individus mal intentionnés l’ont usurpé à leur profit.  Si les gens ordinaires ne comprennent pas, c’est la faute des Grands Médias, ils verront tous la lumière, une fois que les citoyens en auront le contrôle… S’il y a beaucoup de bon dans leurs idées, ils se détachent de la réalité autant que ceux qu’ils veulent sauver.  Leur message étant souvent orienté vers le système et non vers les gens. Mais qui va appuyer une refonte du système, s’il n’y voit aucun avantage, si sa situation reste la même… Devant la même complexité du monde, ils se créent un monde simple, où seulement la victime et l’ennemi changent.  La différence est qu’eux se sacrifient, donnent leur corps et leur âme au reste de l’humanité.  Et c’est pour ça que le monde change, car ils agissent pour le changer.  Ça l’aire bête comme ça, mais y’a pas plus vrai…

Malgré tout, l’idéologie a ses limites et lorsqu’on frappe un moment où sa construction du monde ne tient plus, qu’on rencontre une contradiction dans notre système de pensée,  deux choix alors s’offrent à nous. Premièrement, ne pas remettre l’idéologie en question et prendre une décision qui ne peut avoir de sens que dans le groupe où l’on se retrouve et ainsi se détacher du reste du monde (comme le font les gens dans une secte). Deuxièmement, accepter la contradiction, se demander quelle est la valeur (dans le dilemme éthique) qui a le plus d’importance à nos yeux et agir en conséquence.  Habituellement, la peur de se faire rejeter par le groupe l’emporte et on en vient à des situations où l’esprit partisan va en quelque sorte laver le cerveau de citoyens apparaissant, à première vue, extrêmement intelligents.  C’est ce qui arrive dans les mouvements révolutionnaires, mais c’est aussi ce qui arrive chaque jour chez les « gens ordinaires ».  Ce ne veut pas dire que tout est relatif et que les « méchants anarchistes » n’ont pas raison de critiquer le monde dans lequel on vit…

Dans le cas de la Charte, des militants péquistes de longue date, rejettent du revers de la main les critiques de Jacques Parizeau, Lucien Bouchard et Gilles Duceppe, car ils seraient jaloux et misogynes.  Pourtant, leurs propos sont réfléchis, nuancés et mérites d’être pris en compte.  Que dire de l’argument que Françoise David est pour l’oppression des femmes… je ne suis pas le plus grand fan de Françoise, mais y’a bien des maudites limites à dire des niaiseries…

L’idéologie ne s’accomplit pas, elle s’impose.  C’est ce que bien des militants et des agents inactifs servant à la  perpétuation d’un système « oppressif » ont de la difficulté à comprendre. Je crois que le rêve, notre utopie, doit rester un rêve.  Je ne dis pas qu’il ne faut pas changer ce monde, mais que de sacrifier le présent pour le futur n’a jamais donné de résultats très concluants…  Ce qu’il faut imposer ce n’est pas le rêve, le projet, la finalité par l’entremise d’un groupe s’imposant à faire avancer l’histoire dans le bon sens.  Ce qu’il faut, c’est de faire en sorte que les gens voient les choses, comme nous le voyons.  Qu’ils comprennent l’analyse, c’est-à-dire le raisonnement qui a permis à en arriver à des conclusions parfois choquantes pour certains.  Une fois qu’ils verront  le monde à travers « vos lunettes », libre à eux d’accepter, de refuser ou de modifier votre vision.  C’est ainsi que les changements s’opèrent de façon durable, sinon il ne reste que la force qui ne dure jamais.

Le monde n’a pas besoin de parfait révolutionnaire ou d’héro sans peur ni reproche, de « chevalier blanc ».  Pour améliorer le sort de ses semblables, il ne faut pas adopter un style de vie, mais faire des gestes concrets en ce sens.  On peut militer dans une organisation ou un parti politique, faire du bénévolat, écrire un livre, chanter des chansons, faire des dons à des organismes, simplement aider un voisin ou un ami, mais le plus important est de se renseigner et de confronter nos idées reçues.  Se transformer totalement, ne changera pas totalement le monde. Croire que l’on est parfait ou que l’on a parfaitement raison, c’est se couper de la réalité et des gens qui pourraient réaliser nos idées.  Il faut plutôt affirmer ses failles, les assumer et annoncer malgré tout ça le projet d’améliorer le sort de ses semblables, même si le résultat peut  être imparfait. Car le résultat, même imparfait, sera toujours mieux à ce que l’on a actuellement…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :