Les féministes ont raison (même si elles te font chier)

28 Fév

Jamais de ma vie, je n’aurais cru faire ça un jour, mais je vais écrire un billet défendant les féministes. Je dois vous mettre dans le contexte, j’ai toujours été celui qui soupirait lorsqu’on demandait de féminiser mes intervention dans les assemblées de grève ou qui roule des yeux lorsqu’on parle  de domination oppressante du patriarcat…

Mais je n’aime pas le contexte délétère et la montée d’un discours carrément misogyne qui sévit actuellement, des gens supposément cool qui sort des affaires rétrograde des années 50,  au même titre de que vieux rétrogrades pris bien dur dans leur bon vieux temps de jambon du terroir…

Ce qui m’énerve, et cela en toute chose, c’est le discours exagéré, déconnecté de la réalité que certains défenseurs d’une cause emploient pour faire valoir leur point.  Au discours supposément enragé de certaines féministes, on répond à celui d’un homme victime, incompris, dont les ambitions sont empêchées par des hystériques jalouses en manque de cul… Bien les gars qui pensent comme ça devraient se raviser, car mêmes si elles étaient toutes des « folles hystériques enragés lesbiennes avec du poils en dessous des bras », bien les féministes ont fondamentalement raison…

Et pour faire valoir ce point je ne vais pas vous parler d’une expérience traumatisante ou des jouets que l’on donne aux enfants à Noël, je vais vous présenter des chiffres…

Commençons pas ceux du Conseil du Statut de la Femme…

Au Québec, il y a 51,1 % de femmes et 48,9 % d’hommes

77,9 % des familles monoparentales ont une femme comme chef de famille.

Les femmes ont un taux d’emploi de 55,7 %, tandis que les hommes en ont un  de 65, 4 %.  L’écart entre les hommes et les femmes immigrants est plus grand, les femmes immigrantes ayant un taux d’emploi de 47,7 %, tandis qu’il est de 62,1 % chez les hommes.  Ce qui signifie que pour les hommes le fait d’être immigrant n’a pas une si grande influence sur le taux d’emploi, ce qui est tout le contraire chez les femmes.

Ce qui est du revenu, c’est la même chose comme l’indique les indicateurs suivants :

Le Revenu moyen d’emploi :

Femmes : 26 297 $ hommes : 38 359 $

revenu moyen total :

femmes : 25 870 $ hommes : 38 509 $

Si les femmes gagnent moins, elle sont évidemment plus frappé par la pauvreté.  Plus de la moitié des femmes ont un revenu de moins de 20 000 $ par année, ce qui mets grandement en perspective l’écart plus petit entre les hommes et les femmes au sujet des personnes vivant sous le seuil de faible revenu.

% des personnes avec un revenu de moins de 20 000 $

Femmes : 50,1 % hommes : 33.6 %

% de personnes sous le seuil de faible revenu

Femmes : 13,3 % hommes : 11,4 %

Bon, sujet un peu plus délicat… la violence… je sais que les chiffres peuvent être discutés, mais l’écart est tout de même là… Si les femmes peuvent être violentes, je crois qu’avec les chiffres que l’on a devant les yeux, le constat est clair, les femmes sont plus souvent victimes que les hommes…

Victimes de violence conjugale :

Femmes : 14 923 hommes : 2920

agressions sexuelles, moins de 18 ans / 100 000

Femmes : 336,4 Hommes : 81,4

Malheureusement, les femmes sont sous-représentées dans les lieux de pouvoir, là où elles pourraient passer les législations nécessaires à améliorer leur condition et réduire l’écart socio-économique avec les hommes… elles forment tout de même 51,1 % de la population au Québec… elle devrait pour avoir une représentation juste de leur poids démographique, c’est-à-dire 63 ou 64 députées, et non 41 comme ce l’est actuellement…

% de femmes à l’Assemblée nationale

32,8 %

comme maire (en 2010)

16 %

Y’en a qui vont me dire « ben là, c’est des chiffres du conseil du statut de la femme, toutes des féministes qui font partie du complot féministe, pour asservir les hommes québécois »… donc pour vous j’ai d’autres chiffres…

Les chiffres doivent être bons, ils viennent du Parlement du Canada, c’est rempli de conservateurs adorateurs du fœtus là-dedans : http://www.parl.gc.ca/content/lop/researchpublications/2010-30-f.htm#a3

J’ai laissé les textes explicatifs tels quels, pour pas que vous pensiez que je trafique les données…

2.2 Écart salarial – travailleurs à temps plein toute l’année

L’indicateur de l’écart salarial le plus souvent utilisé au Canada est celui qui s’applique au travail à temps plein toute l’année. Il compare le revenu moyen des personnes qui travaillent uniquement à temps plein. Le tableau 1 présente des données sur l’écart salarial entre les femmes et les hommes qui travaillent à temps plein toute l’année au Canada. D’après cet indicateur, les femmes qui travaillaient à temps plein toute l’année en 2008 ont eu un revenu correspondant à 71,4 % de celui de leurs homologues masculins 3.

Tableau 1 – Gains moyens des travailleurs à temps plein toute l’année (dollars constants de 2008)
Année Hommes Femmes Ratio
1978 54 400 34 400 0,63
1988 53 800 35 100 0,65
1998 56 300 40 500 0,72
2008 62 600 44 700 0,71
Source : Tableau établi par l’auteure à l’aide de données de Statistique Canada, « Répartition des gains, selon le sexe, dollars constants de 2008, annuel », tableau 202-0101, CANSIM (base de données), E-STAT (distributeur), 10 septembre 2010.

Les gains moyens peuvent être faussés par un petit nombre de personnes qui reçoivent des salaires très élevés, la plupart du temps des hommes. Pour limiter l’incidence de ce petit groupe de salariés à revenu élevé, il est utile de comparer les gains médians des femmes et des hommes 4. Le tableau 2, sur les gains médians des hommes et des femmes qui travaillent à temps plein toute l’année, montre que les femmes gagnent environ 76 % du salaire des hommes.

Tableau 2 – Gains médians des travailleurs à temps plein toute l’année (dollars constants de 2008)
Année Hommes Femmes Ratio
1978 50 600 31 200 0,62
1988 49 700 32 100 0,65
1998 49 000 36 300 0,74
2008 50 600 38 600 0,76
Source : Tableau établi par l’auteure à l’aide de données de Statistique Canada, « Répartition des gains, selon le sexe, dollars constants de 2008, annuel », tableau 202-0101, CANSIM (base de données), E-STAT (distributeur), 10 septembre 2010.

Toutefois, ce qu’il faut comprendre (et ça la majorité des féministes le comprennent), c’est que le patriarcat ce n’est pas un système où les hommes oppriment les femmes, mais où les hommes ont une prédominance certaine dans les lieux de pouvoir et s’efforce de le maintenir.  En plus simple, It’s a man’s man’s man’s worldCe n’est pas que les femmes ne peuvent pas dominer, avoir le pouvoir, être riches, mais elles y sont sous-représentées et c’est dans les faits beaucoup plus difficile pour ces femmes d’atteindre ce statut.

Comparativement à un homme, si tu nais femme, bien t’as plus de chance d’être pauvre, maltraitée, violentée, discriminée, sous-employée, et toutes les autres choses plates de la vie. Bref, être plus vulnérable.  Et les gens vulnérables, faut bien les défendre. Et pour défendre leurs droits, les femmes ont compris que l’on était jamais mieux servie que par soi-même…

Si certaines (plusieurs) chroniqueuses et blogueuses se servent de leurs expériences de vie pour argumenter, il en va de même pour leurs critiques, et plus souvent autrement, l’oppression féminine n’est qu’en fait une collections d’anecdotes et de récits de vie.  Ce n’est pas parce qu’on peut avoir un nombre élevé d’hommes ayant vécus des situations désagréables ou même violentes avec des femmes qu’ils sont sous l’emprise d’un système matriarcal.  Il faut comprendre que les relations hommes-femmes se vivant dans le quotidien, et surtout dans l’intimité, ces moments privés viennent à avoir une valeur, mais sont trop subjectifs pour être réellement significatifs.  Qu’il soit vrai que les femmes soient toutes des folles et que les hommes soient tous des chiens sales, cela ne change absolument rien au système en place.

Donc, des féministes il en faut. Même si ça te dérange, il en faut pareil… 😉

 
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :