La souveraineté : Business as usual

20 Mai

Voici un autre extrait, il s’agit du deuxième chapitre, de la deuxième partie de ma réflexion sur le printemps érable… et je crois que ça peut servir dans celle que doivent faire actuellement tous les souverainistes…

La souveraineté : Business as usual

Il y a une différence entre être pour la souveraineté et vouloir la faire.  C’est cette subtilité qui explique les soubresauts de l’adhésion à la souveraineté du Québec depuis la naissance du mouvement dans les années 60.  Peu de Québécois sont fondamentalement contre la Souveraineté du Québec, mais de là à la faire à court terme, il y a un pas…  Le résultat de l’élection de 2014 où le gouvernement Marois a fait plongé le PQ a un niveau historique le démontre bien, les souverainistes sont à la croisée des chemins.  Pourtant, ce n’est pas leur premier creux de vague, toutefois la crise semble plus profonde et le mal plus constant.  L’incapacité d’avoir fait rapidement le Québec un pays indépendant, a conduit l’idée de Souveraineté à être un outil politique comme les autres, alors qu’il devrait transcender les différences et unir les Québécois, tous les Québécois, autour d’un projet commun.  Si l’option souverainiste a atteint un creux historique, tout n’est pas sombre pour autant, alors qu’un nouveau projet de pays semble prendre sa place.

Désengagement de la droite

On raconte souvent que le référendum de 1995 a été propulsé par l’échec du Lac Meech.  Les fédéralistes les plus convaincus indiquent d’ailleurs que l’option souverainiste était moribonde à la suite du premier échec référendaire de 1980 et ce n’est que l’action de Bryan Mulroney qui lui a redonné des forces.  Je dois contredire cette lecture de l’histoire si populaire au Canada anglais.  Le premier échec référendaire est arrivé pour  deux raisons : 1) les Québécois étaient attachés au Canada, et même beaucoup plus qu’aujourd’hui; 2) la majeure partie des Québécois croyaient en votant « Non », voter en fait pour une refonte fondamentale des aménagements constitutionnels entre le Québec et le Canada, ainsi qu’une reconnaissance de la part de l’État fédéral du Québec comme étant une nation.  L’affront du rapatriement de la constitution de 1982 est une humiliation partagée par l’ensemble des Québécois et a contribué bien plus au renforcement de l’identité nationale que les politiques du gouvernement de René Lévesque.  Ce qu’a voulu faire le gouvernement conservateur de Mulroney par le « Beau risque », c’est beaucoup plus remplir une promesse qui n’a jamais été tenue par ses prédécesseurs libéraux, afin de rétablir l’honneur du Canada et l’enthousiasme des Québécois pour ce dernier.

 

L’échec du référendum de 1980 et l’arrivée des progressistes conservateurs à Ottawa ont fait traverser un contingent important de souverainistes de droite dans le parti de Bryan Mulroney.  Selon eux, on pouvait tout de même préserver l’identité québécoise par des réformes constitutionnelles et, de plus, détruire les politiques pancanadiennes et progressistes de Pierre Elliott Trudeau qui, toujours selon eux, menaçait la survie de la nation québécoise.

Désenclaver le Canada allait d’une part responsabiliser les entrepreneurs qu’on n’allait plus favoriser par des mesures protectionnistes, mais aussi les syndicats et les travailleurs qui ne pourraient plus « tenir en otage » les entreprises.  On passa alors d’un climat favorable aux emplois, à un climat favorable aux investissements.  Cette responsabilité allait également s’appliquer à l’État, en coupant et en restructurant la bureaucratie, en privatisant des entreprises nationalisées comme Air-Canada ou Pétro-Canada.  Si ce n’avait pas été du Québec, la politique de Libre-Échange aurait été beaucoup plus difficile à faire passer.  Au Québec, l’intégration continentale signifiait moins de pouvoir au Canada, donc plus de liberté pour le Québec.  Les échecs de Meech et Charlottetown n’ont pas eu l’effet de convaincre les Québécois de la nécessité de faire l’indépendance, mais que le Canada était désormais irréformable, dû en particulier aux règles d’amendements constitutionnels établies par Pierre Elliott Trudeau.  Ces échecs ont entraîné le retour des Libéraux au pouvoir au fédéral, avec une attitude beaucoup plus intransigeante envers le Québec, mais surtout la peur d’un gouvernement progressiste ayant des vues contraires aux intérêts de la nouvelle classe d’affaires du Québec inc.  Jean Chrétien et n’était-il pas contre la TPS et le libre-échange? Les conservateurs qui avaient également failli à leur mission de réduire la taille de l’État et ses dépenses, laissant les finances du gouvernement fédéral dans un état lamentable.  La droite canadienne était dorénavant séparée en deux, principalement sur la question nationale, par la création du Reform Party qui ne voulait rien savoir du Québec. C’est l’échec de cette stratégie qui a fait imploser la droite canadienne en une multitude de régionalismes où chacun protégeait son intérêt particulier.  À gauche, pas de problème, le NPD étant réduit, à cette époque, qu’à une inutile évocation folklorique…

À part le soubresaut extrêmement émotionnel suivant l’échec du Lac Meech, ceux qui vont ressusciter ou du moins redonner de la vivacité à l’option souverainiste, c’est la droite québécoise. Pourquoi ? Car ceux-ci avait une peur énorme de Jean Chrétien et qu’ils ne faisaient aucunement confiance à cet homme tant au plan économique que constitutionnel.  Le Lac Meech ainsi que le Libre-échange visaient à décentraliser l’État fédéral et enlever, tant au niveau politique que fiscal,  les entraves sur le chemin de la prospérité pour les entreprises canadiennes. Il ne faut pas oublier que c’est une frange du parti conservateur qui a fondé le Bloc Québécois, avec, c’est vrai, un petit groupe de libéraux proches de Robert Bourassa, dont le mythique Jean Lapierre.

La même chose s’est produite au Québec où des jeunes libéraux, guidés par Mario Dumont, ont quitté le Parti libéral du Québec de Robert Bourassa, car ce dernier ne voulait pas, selon eux, faire les gestes économiques et politiques nécessaires à assurer la plus grande autonomie possible au Québec. Afin d’y remédier, ils fondèrent peu après, l’Action démocratique du Québec, un parti clairement de droite.  Extrêmement déçus quant au projet de réforme de la fédération canadienne, ils allèrent momentanément rejoindre le camp souverainiste à la veille du référendum de 1995.  À ce moment, l’option souverainiste avait fait artificiellement renfort d’une masse de nouveaux partisans.

Pourquoi après avoir passé si près de faire un pays, la ferveur a-t-elle décrue ? Premièrement, les Libéraux fédéraux n’ont en aucun cas stoppé les politiques néolibérales, ils les ont même renforcées.  Ce ne serait pas faux, alors, d’évoquer que les libéraux ont acheté la confiance de l’Élite économique québécoise.  Lucien Bouchard, passant du Bloc Québécois au PQ suite à la démission de Jacques Parizeau, a lui aussi implanté un programme néolibéral, contenant de fortes coupures pour atteindre le déficit zéro.  On se retrouvait alors avec des partis supposément de centre gauche qui implantait simultanément sur les scènes fédérales et provinciales des politiques encore plus à droite que leurs prédécesseurs.  Voyant qu’il n’y avait plus péril en la demeure, les Québécois conservateurs ont laissé progressivement l’option souverainiste à elle-même. Depuis 1995, si le Canada survit encore, c’est parce qu’il est une union d’intérêts socio-économique.

Sans dire qu’ils ne croient pas à l’indépendance du Québec, certains s’en servent principalement comme une défense face aux politiques du gouvernement en place. Un gouvernement conservateur va faire entrer des progressistes dans le camp souverainiste, tandis que le contraire est tout aussi vrai, lorsque le Parti Libéral du Canada est au pouvoir.  La peur d’un gouvernement « progressiste » de Jean Chrétien avait poussé l’ADQ (composée d’anciens libéraux provinciaux le plus à droite) à adhérer au camp du Oui en 1995.

Division de la gauche

La Gauche québécoise a toujours, dans une certaine mesure, favorisé l’idée de la Souverainté du Québec.  Cependant, elle a toujours eu une certaine difficulté à bien intégrer les dimensions identitaires, c’est-à-dire la protection du français et la sauvegarde de l’identité québécoise.  Il faut dire qu’au début de la Révolution tranquille, les deux projets d’affirmation nationale étaient complémentaires : tant celui de gauche qui réclamait un rattrapage économique des Canadiens français, ainsi que de meilleures conditions de travail; que celui de droite, voulant freiner l’érosion des francophones en Amérique du Nord.  Cependant, ce projet n’a jamais eu comme but l’indépendance du Québec, mais plutôt l’affirmation politique, économique et culturelle des Québécois, sans tenir compte de l’agencement constitutionnel.

L’État providence était alors tout indiqué pour assurer la place qui revenait aux francophones.  Aussi, il faut comprendre que Montréal a vu arriver une immigration massive des campagnes du Québec depuis le début du siècle qui s’est accompagné, surtout après la Seconde Guerre mondiale, d’une légère amélioration de leur condition socio-économique.  Toutefois, ces Canadiens français devaient être en compétition avec des immigrants qui, par leur appropriation de la langue anglaise et la discrimination que subissaient les francophones, se retrouvaient avec de meilleurs emplois. Le français devait alors s’imposer comme langue de travail, afin que ceux-ci puisse occuper un emploi dans un environnement favorable à leur mobilité sociale et aussi atteindre les postes les plus convoités.

Pourtant avec les années, défendre les Québécois en est venu, pour certains, à assurer la domination d’un groupe sur les autres.  Une portion de la gauche entichée de multiculturalisme a alors commencé à questionner l’envie de leurs camarades d’imposer le français partout, sans exception.   La loi 101 et les politiques d’immigration ayant fait leur œuvre, les Québécois ont commencé à élargir leurs rangs aux « communautés culturelles ». Par la mixité sociale, les caractéristiques mêmes de l’identité nationale en sont venues à être transformées.  Malheureusement, le référendum de 1995 ayant été un échec, les « Québécois de souche » ne sont pas encore entièrement une majorité, et ne peuvent pas être contraints au même titre qu’une « vraie » majorité au sein d’une démocratie libérale entièrement indépendante.

Il faut comprendre que la gauche a grandement souffert des années Bouchard et dans une moindre mesure des années Landry.  Si les souverainistes de droite avaient été plus discrets envers les politiques sociales-démocrates du PQ dans les années soixante-dix, la gauche plus radicale allait se distancer assez rapidement à mesure que vont s’implanter des politiques de « responsabilité financière » très rudes pour le modèle québécois.  En fait, la droite souverainiste avait changé de théâtre dans les années 80, en se déplaçant sur la scène fédérale, tandis que la gauche rejoindra petit à petit les rangs de l’UFP. Cet embryon de Québec Solidaire, était principalement une réponse aux politiques de Lucien Bouchard.  Le NPD-Québec qui s’était désaffilié de son aile fédérale s’alliait à de multiples groupuscules socialistes et révolutionnaires, afin de contrer le néolibéralisme et la mondialisation.  Dès sa conception, la question nationale créait un malaise entre les « citoyens du monde » et les partisans d’une indépendance plus sociale.  Si l’UFP n’a jamais vraiment décollé, le mouvement altermondialiste prendra de l’ampleur, le discours de la résistance économique et de la désobéissance civile, s’enracinant fortement chez une bonne partie de la population.  On en vit la première apparition lors du Sommet de Québec dont le projet d’implanter la ZLÉA nous fit découvrir les premiers indignés québecois.  La droite pleure dorénavant d’effroi devant le pouvoir de « la Rue », mais si notre bon gouvernement fédéral n’avait pas eu la brillante idée de tenir ce Sommet dans la capitale nationale des Québécois, pour cause de relations publiques et de « présence canadienne », nous n’aurions peut-être jamais eu les Grèves étudiantes de 2005 et de 2012.  L’escalade du délire néolibéral ne pouvait que radicaliser et renforcer les rangs de la gauche et même de l’extrême gauche chez la jeunesse québécoise.  Si le PQ a semblé tenir le coup au début en affichant une façade sociale-démocrate qui privilégiant plus l’interventionnisme que les mesures sociales, les répercussions du déficit zéro viendrait par l’ébranler fortement.  Aussi, le modèle québécois allait être également critiqué par une partie de la gauche, avant tout comme étant au service des puissants et des nantis, auxquels le milieu communautaire étant plus près des citoyens se devait de pallier.

Plus les années ont passé, plus la déchirure en sein des souverainistes allait se consommer. Le « virage jeunesse » du Parti Québécois par la nomination au poste de chef d’André Boisclair avec une vision beaucoup plus à droite, au détriment de l’expérimentée Pauline Marois, n’allait guère améliorer la situation. La catastrophique troisième place du PQ, alors que le pouvoir était à porter de main en 2007, est un coup que ce dernier à encore peine à se relever.  Malgré la grogne envers le gouvernement Charest, dès le début de son mandat, la gauche n’a jamais pu, et ce, même avec l’élection de Pauline Marois en 2012, concentrer en elle le désir de changement des Québécois. Il est désormais dissout au travers des tendances qui parcourent le monde politique de la belle province.

Certains analystes prétendent désormais que nous sommes passés d’un  conflit entre fédéralistes et souverainistes, à un conflit gauche/droite plus conventionnel. Cette explication viendrait en premier lieu de la victoire-surprise du NPD aux élections fédérales de mai 2011, les Québécois rejetant l’idée de la souveraineté et décidant de réintégrer la fédération canadienne, en votant pour un parti fédéraliste. Il me semble que cette explication est trop simpliste.   Nonobstant la sympathie très catholique des Québécois pour Jack Layton, ceux-ci ont voté pour le NPD, pour la simple et bonne raison qu’ils les croyaient plus aptes à défendre le Québec face à Stephen Harper.

Il n’est pas dur de comprendre que Stephen Harper représente une telle menace aux Québécois, c’est sûrement la première pour la majorité d’entre nous.  Et en mai 2011, il semblait être une bonne idée d’intégrer un parti fédéraliste aux visées idéologiques aux antipodes d’un gouvernement paraissant aux Québécois comme réactionnaire, insensible et avant tout inculte.  Par ce geste, les Québécois ont fait le pari de la fédération canadienne les résultats se font malheureusement toujours attendre.

La Souveraineté comme mécanisme de défense

Que cela nous plaise ou non, chacune des formations politiques au Québec croit travailler pour le Bien commun. Leur distinction se base non pas sur une position idéologique assumée, mais plus tôt à l’éradication d’une menace qu’elles considèrent plus importante que les autres.  Preuve que le nationalisme canadien prend moins de place dans la population québécoise, chacun de ses partis se penche plutôt à secourir la population d’un mal menaçant, avant tout, le Québec. Depuis un certain temps, le Québec s’est replié sur lui-même pour s’attaquer uniquement à des problèmes qui ne regarde que lui.  Il est vrai que dans le désir d’accéder au monde, on n’a pu délaisser certaines questions, mais celles-ci semblent dorénavant prendre toute la place.

Si le Parti Québécois a depuis longtemps combattu Ottawa, il a principalement concentré ses attaques envers le gouvernement Charest dont la mauvaise gouvernance s’est avérée désastreuse tant au plan financier que social. Le parti de Pauline Marois a ensuite continué de combattre tout ce qui ne peut renforcer l’identité québécoise, mais ce combat tendait à rendre une bonne partie de la population septique, surtout les jeunes.  De plus, le PQ a eu de la difficulté à nommer clairement cette menace, soit parce qu’elle n’existe plus ou qu’elle n’existe tout simplement pas.

Auparavant, le Parti Québécois avait su maintenir comme étant une force viable en amalgamant des politiques sociales-démocrates à des politiques identitaires musclées.  Le PQ était, avant tout, une coalition de souverainistes de toutes tendances et ces mesures étaient aussi complémentaires, car elles permettaient de faciliter le rattrapage socio-économique des Canadiens français au Québec.

Dans les milieux de droite comme de gauche, on réclame à des degrés divers un désengagement de l’État dans le domaine de la lutte identitaire, où le renforcement de la loi 101 et une Charte de la Laïcité est vue d’un mauvais œil.

À l’élection de 2012, le PLQ a délaissé là où ils avaient lamentablement échoué, pour se porter comme les gardiens de la Loi et l’Ordre, contre les menaces anarchistes et révolutionnaires de tout acabit qui portent le carré rouge avec Pauline Marois, afin d’instaurer un terrifiant régime de « la Rue et des Référendums ».  En 2014, il a adoucit sa tactique en effrayant les fédéralistes en mettant l’accent sur la peur d’un référendum, dernier refuge d’une bande de malfrats qui ne veulent en aucun cas, laisser les leviers de commande ou du moins les partager pour l’intérêt général.

Pour la CAQ, la menace est plutôt les syndicats, la bureaucratie et les « groupes d’intérêts ».  Ils reprennent enfin la même chanson que Charest en 2003, où « faire le ménage », remplace la réingénierie de l’État.  En 2014, la CAQ a comme les libéraux, adoucit son message afin de profiter des déboires du PQ qui n’a fait que se battre lui-même lors de la campagne électorale.  Perdant une grande partie de ses électeurs fédéralistes, il a reçu un bon contingent de « souverainiste mous » qu’ils préféreraient la Charte sans référendum.

Pour Québec solidaire, la menace est avant tout le capitalisme. Tout de moins ses dérives, mais également les dérives identitaires des partisans d’une droite plus ethnique.  La menace n’est pas comme au PQ, politique et culturelle, mais plutôt économique et idéologique.  Ici tout compromis aux idées de la droite ne peut qu’affaiblir le Québec.  S’aventurer au Centre, comme le fait souvent le PQ, est donc à proscrire.  En 2014, Québec Solidaire a également reçu les offrandes de l’incompétence stratégique du PQ.  Pourtant, la croissance de cette formation de gauche est constante, mais très lente.  Si la population apprécie l’esprit de Québec solidaire, il ne semble pas le prendre très au sérieux.

Si Option nationale peut s’attaquer aux mêmes cibles que le PQ et QS, la raison de son existence est toutefois autre. Elle est due pour les partisans d’ON à une attitude de la part de l’establishment du PQ, étant un manque de vigueur et de volonté pour faire la Souveraineté. Ceci nous amène à un autre aspect du problème, expliquant encore mieux cette étrange division de l’Option souverainiste au Québec.

Lutte pour le pouvoir

Auparavant, on attaquait la Souveraineté du Québec en présageant qu’elle était infaisable, et si elle était faisable, elle serait une catastrophe au niveau économique, politique et social.  Le Québec avait supposément trop besoin du Canada et de ses transferts pour survivre et que le Québec serait alors relégué au statut de république de bananes.  Pourtant, cet argument est de moins en moins utilisé, il a même été réfuté par Jean Charest.  En réalité, la souveraineté ne serait pas aussi néfaste que bien des leaders fédéralistes ont pu laisser entendre ces dernières années.

Les libéraux ne vont plus attaquer l’idée de Souveraineté, mais agité la menace d’un Référendum.  Ils ont passé ces dernières années du rationnel à l’irrationnel, car bon nombre de leurs électeurs, les « Référendums » constituent un grand traumatisme, synonyme de « chicane de famille ».  Pourtant, les débats politiques musclés peuvent être bénéfique dans une société et aucune violence grave n’a été constatée lors des deux référendums sur la Souveraineté.  J’aimerais ajouter que les grandes crises sociales dans l’histoire du Québec moderne (crise d’octobre, crise d’Oka et Printemps Érable) sont toutes survenues sous des gouvernements libéraux.

Toutefois, les souverainistes peuvent également nuire à leur propre projet.  Autrefois, on se servait de la souveraineté afin d’affaiblir un ennemi politique, la gauche ou la droite prétextant que le gouvernement fédéral était une menace au projet idéologique. Les partisans de ce souverainisme circonstanciel est perceptible dans le langage commun, comme étant des « souverainistes mous ». Aujourd’hui on peut apercevoir un autre phénomène, où le degré de souveraineté différencie les formations politiques avec sensiblement le même but : la social-démocratie et l’indépendance nationale.  La souveraineté n’est pas ici un projet commun, mais un point comme les autres, que les partis prennent pour se distinguer.  Si elle était si importante, leurs partisans s’uniraient afin d’établir une stratégie commune pour y accéder.  Aujourd’hui, la quête personnelle du pouvoir semble plus importante que le rêve de tout un peuple.  Ce n’est pas parce que la Souveraineté est faible que les souverainistes sont divisés, mais plutôt parce qu’ils sont divisés qu’elle est faible.

La souveraineté est devenue un prétexte à un jeu de pouvoir, les plus radicaux des mesures sociales et de l’indépendance s’organisant en formation politique, afin de mieux influencer le débat public.  Le plus grand obstacle à la souveraineté n’est pas sa faisabilité ou l’incertitude, mais plutôt la peur de donner un pays à une Majorité qui a des vues contraires aux nôtres. Nous ne sommes pas éloignés de la souveraineté.  Au contraire, ne nous en sommes jamais été aussi près, mais la teneur des fondements de cette future nation indépendante semble plus nous diviser, plus qu’elle nous unis.  Nous sommes rendus à un point où les souverainistes ont peur d’autres souverainistes.

La limite de toute intransigeance, si vertueuse soit-elle, est l’exercice du pouvoir.  Imposer sa vision sans tenir compte de la réalité du terrain, équivaut à rejeter le politique.  Et rejeter le politique est, malheureusement, rejeter toutes les forces sociales qui constituent une nation.  Il faut comprendre qu’on ne peut avoir raison, mais on peut convaincre les autres qu’ils ont torts.

Si on veut la faire, vraiment la faire, il va falloir que tous les souverainistes s’unissent d’une façon ou d’une autre pour mener ce projet à terme.  Si cela n’a plus d’importance à vos yeux, arrêtez d’en parler au lieu de trouver des divergences faussement irréconciliables dans des stratégies qui n’auront jamais lieu.

Québec Solidaire sont les premiers divergents du mouvement, plus précisément les premiers à s’organiser de façon convenable.  Ce parti est avant tout un parti de gauche et il a recueillie dans ses rangs des militants de gauche d’abord qui sont souvent souverainistes seulement qu’en second lieu.  Même si l’option souverainiste a causé un malaise lors de leur acte de fondation (plutôt leur changement de nom), les plus progressistes avaient tout de même décidé de conserver le combat pour l’indépendance dans leurs objectifs.  Pour QS, la souveraineté du Québec est un prétexte pour la survie interne du parti.  Françoise David n’avait-elle pas déclaré ne pas voir d’un mauvais œil le fait d’avoir comme membres des fédéralistes ou des indépendantistes très mous?  Le malaise constitutionnel de QS a été, en quelque sorte, tranché par les carrés rouges.  La jeunesse remplie d’espoir et n’ayant pas été contaminée par les idéologues marxistes, ont apporté l’élan identitaire du Printemps Érable et pousser tous ces anciens abstentionnistes à prendre une position plus soutenue en faveur de la Souveraineté du Québec.

Ce mode de survie est tout aussi présent au Parti Québécois, qui a fait voter en 2011 une série de mesures dans le seul but de sauvegarder l’unité d’un parti en pleine implosion au moment où ses appuis atteignaient un maigre 17 %.   Devant l’impossibilité de réussir  à gagner un référendum et ne voulant perdre l’alternance du pouvoir au profit de l’équipe de l’ancien « plus souverainiste des souverainistes », François Legault; le PQ a décidé d’un programme plus près de sa base militante, comprenant des politiques plus dures au niveau de l’identité et certaines mesures sociale-démocrates.

Exercice de survie dû en grande partie aux défections des purs et durs.  C’est avant tout la formation d’Option Nationale qui fait le plus mal au PQ en 2012, non à cause des aux idées « révolutionnaires » de leur charismatique chef, mais par une ponction assez grande de la base militante qui composait en quelque sorte la « machine électorale » du PQ. Il faut se rappeler que le but originel de ce parti était de déstabiliser Pauline Marois et son équipe, afin de mettre un chef plus réceptif aux vues de cette faction indépendantiste.  L’excuse était de ne faire aucun compromis sur la Souveraineté, mais le vrai but était la lutte interne pour le pouvoir.  Le seul et unique but d’ON était de nuire au PQ, même si les idées et les talents de certains candidats ont surpris les observateurs, la majorité des Québécois se demande encore à quoi sert cette formation politique.  Sa popularité fut plutôt concentrée dans les milieux d’initiés et a toujours du mal à se réaliser sur le terrain.

Maintenant, les partis souverainistes dépensent plus d’énergie à se définir les uns face aux autres avec des projets de souveraineté différents, que ce se distinguer du fédéralisme et du gouvernement canadien.  On en vient à oublier que l’actuel gouvernement à Ottawa est celui qui a le moins tenu compte du Québec. La lutte de pouvoir au sein du mouvement souverainiste est désormais plus importante que le combat pour l’indépendance.  C’est triste parce que pour « l’électeur québécois moyen », c’est du pareil au même.  Leurs adversaires les détestent de façon équivalente, le degré de progressisme ou de souverainisme importe peu.  Que l’on en met qu’une infime couche, pour les fédéralistes et le R.O.C., c’est trop!

C’est sûrement désolant pour tout le monde, mais tant et aussi longtemps que le Québec est dans le Canada et qu’il y aura des Québécois qui voudront quitter ce dernier, il faudra que les différentes tendances de la grande famille souverainiste s’entendent d’une manière ou d’une autre. Après, cela indique conséquemment des compromis de chacun, mais ce n’est qu’une nécessité dans la mesure où l’indépendance nationale est de première importance.  Sinon, la lutte pour le pouvoir peut continuer comme si de rien n’était…

Renier l’évidence

Même si cela n’était pas le but premier des carrés rouges, la question est tout de même intrinsèque au mouvement, c’est-à-dire qu’il propose l’établissement d’un pays clairement à l’encontre des façons de faire traditionnellement convenues.

À forcer la main de Québec Solidaire à démontrer sa foi souverainiste, où il était ironique des grands partisans de l’abstentionnisme de 1980, sont déclarés devant tous leur attachement indéfectible par l’indépendance alors que dans leur stratégie, ils veulent remettre l’odieux de l’initiative au peuple pour s’en laver les mains.  C’est aussi ce qui a fait pencher Option nationale pour la gratuité scolaire, voyant que les jeunes indépendantistes les plus convaincus proviendraient des carrés rouges.  En fait, tous les partis souverainistes ont voulu faire le plein de carrés rouges, car la grande majorité de ceux-ci étaient pour l’indépendance.

Le Parti Québécois était favorable aux éléments politiques du Printemps Érable, mais pas à ces éléments idéologiques et identitaires.  Ils ont établis des politiques publiques le plus loin qu’ils leurs étaient acceptables et ont essayés par la suite tenté de contenir ce mouvement que dans à une dimension comptable, comme si tout ce vacarme se résumait qu’à une question d’administration publique.

Le PQ a voulu mettre tout ça sous le tapis, et ainsi faire oublier le grand « tonnerre révolutionnaire ».  On a voulu faire diversion de tout le requestionement du système en place survenu lors du Printemps Érable, en proposant une Charte des Valeurs.  Celle-ci avait la double fonction d’éviter la remise en question de la nécesssité de faire la Souverainté du Québec et mettait en second plan les problèmes structurels de l’économie québécoise.  Tant pour les problèmes sociaux, économiques, fiscaux et constitutionnels la Charte des valeurs donnait au PQ ce qu’il avait le plus besoin : du temps.  Du temps, pourquoi ? Pour amortir le choc révolutionnaire qui poussait vers un projet de pays axé avant tout sut la justice sociale, pour ensuite redéfinir le PQ comme le parti de l’identité et ainsi refaire sa base d’électeurs à droite.

Peu de gens l’ont perçu, mais le Printemps Érable est un acte de fondation d’un nouveau « paradigme identitaire », mais non pour imposer une liberté de marché, mais une identité nous préservant d’une culture générique, servant avant tout à nous faire consommer des « produits culturels ». L’éveil d’un nouveau souverainisme qui tend à forcer la main aux souverainistes et aux progressistes.  Rejeter ce nouveau projet de souveraineté, c’est rejeter la possibilité de faire un jour l’indépendance du Québec.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :