Archive | actualités RSS feed for this section

Star Wars change de genre

23 Déc

Bon j’ai vu Stars Wars : Le Réveil de la Force, je ne ferai pas vraiment de spoilers… mais je vais vous dire tout d’abord ce que j’en ai pensé :

  • C’est bon
  • Il y a un peu de longueurs dans le milieu du film
  • Les références aux trilogies originales sont un peu faciles…
  • Il y a beaucoup plus de conflits émotionnels que dans les autres films.
  • BB-8 yé cool !

7142235

On ne sort pas « flabbergasté » de ce film, mais étrangement ému, un peu renversé par le parcours émotionnel des nouveaux personnages.

On ressent plus le désespoir dans le lequel sont placés les personnages au commencement du film.  Il faut se rappeler que l’épisode 6 se termine sur une note positive, mais quelques années plus tard tout semble perdu. On nous place dans un monde chaotique où tant le côté lumineux que le côté obscur de la Force tente de retrouver la place qu’il occupait dans la galaxie.

On est moins dans la rêverie adolescente, le manque d’accomplissement et la quête d’épanouissement personnel de Luke. On est en présence d’un danger moins rationnel, rappelant la terreur telle que vécue aujourd’hui qui ne fait aucun sens.  Ce qui donne aussi son tempo au film qui ne prend jamais bien le temps de respirer. Face à celle-ci, le héros est maintenant une héroïne, dont la relation avec les autres personnages diffère également de ce qu’on a pu voir des autres films.

Le thème du film n’est pas la quête d’identité, mais l’Amour (dans le sens très chrétien du terme), celui-ci est également perdu, oublié et désespérément introuvable.  Tout y est perte, tout est retrouvailles et tout porte sur les sacrifices que l’on doit faire pour préserver ceux que l’on aime.

Signe de l’époque, on fait passer la franchise au féminin, afin de la faire ressusciter (Mad Max : Fury Road, tout le monde…).  Ce passage dans la saga Star Wars change non seulement toute la portée émotionnelle du film  et la relation qu’a le public avec les personnages, mais nous permet également de réinterpréter toute cette Saga au grand complet.

Les hommes ne seraient donc pas le « moteur de l’Histoire », mais plutôt les femmes qui dirigent (peut-être sans le savoir) la Force. Il faut comprendre que la Force est une puissance mystique qui agit par elle-même.  Elle peut être utilisée, mais jamais totalement contrôlée.  Lorsque la Force s’éveille, l’espoir renaît. Mais qui l’appelle ? Mais qui en a vraiment besoin ? Dans l’épisode IV, c’est un femme : la princesse Leia.  Dans l’épisode VII, c’est une femme : Rey… Et à chaque fois ce sont des hommes qui l’aiment qui apparaissent pour la sauver.

L’Amour des femmes entraîne des hommes à agir, sauf qu’ils sont incapables de contrôler cette Force qui les fait avancer, c’est quand ils veulent la détourner du destin déclenché par une femme qu’ils « perdent leur âme ». Cela nous donne une relecture sur le chemin que doit parcourir la Force qui se retrouve toujours déviée par des hommes avides de pouvoir ou pour l’utiliser « pour le bien », mais dans un but politique.  Car avec toutes leurs bonnes intentions, les Jedis, sont une institution assez conservatrice se voulant les gardiens de la Paix, l’ordre et le bon gouvernement; bien avant liberté, égalité et fraternité…

Ceux qui ont vu le film savent qu’il y a une scène où toute la tension homme/femme culmine avec en prime un clin d’oeil à la trilogie originale, mentant en scène un homme trop sur de lui rendu impuissant face à une femme supposément inexpérimentée.

Car les guerriers de Star Wars, du côté lumineux que du côté obscur, ont un rapport assez conflictuel avec la sexualité (genre qu’ils n’en ont pas).  Tout n’est que violence, se donner à une femme est proscris et ceux-ci compensent soit en ne vivant aucune émotion humaine, ou en vivant toutes les autres de façon excessive.

Par ce passage au féminin, on peut voir dans Star Wars l’Histoire des institutions humaines (on pourrait même dire patriarcale), par l’arrivée d’Anakin Skywalker qui n’avait, semble-t-il, aucun père.  Même s’il est né homme, il n’y en a aucun dans son essence originelle.  Il n’est Chair que par la femme… comme Jésus Christ…

…Attention contient des DIVULGACHEURS (Spoilers) 

Kylo Ren veut finir ce que Darth Vader a commencé, mais je crois que Rey va y contribuer aussi.  À la fin de l’épisode 9, tout ce que connaît de l’univers Star Wars pourrait bien disparaître, il ne restera plus que la Force qui aura terminé son mouvement.  Cela explique peut-être pourquoi Kylo Ren tue son père et non sa mère et aussi pourquoi il veut tant tuer Luke.

Cela nous donnerait également des indices sur la puissance et l’habileté de Rey.  Elle est une femme qui n’a jamais vraiment été corrompue ou domptée par l’enseignement des hommes sur l’utilisation de la Force, pour elle, elle est instinctive, elle est libre.

Il y a quelque chose de très tolstoïen dans la tangente  qu’a prise Star Wars, et qui à mon avis, a plus de sens.  Cet Amour (féminin et maternel) doit s’imposer et tout détruire sur son passage, afin qu’il n’y ait que lui et que plus personne ne « joue avec ».  Ce que la Force dit à l’univers est qu’elle ne veut plus de Jedi, de Sith, de First Order et de République. Fini tout cela, il ne doit rester que la Force elle-même, gouvernant tous les êtres de la Galaxie.

 

Le Mouvement Souverainiste dans l’impasse

28 Oct

Faire le tour des Médias ce matin, lire ceci :

http://www.lapresse.ca/le-soleil/opinions/points-de-vue/201510/27/01-4914490-la-resurrection-manquee-du-bloc-quebecois.php

et ensuite, cela :

http://www.ledevoir.com/politique/quebec/453715/le-projet-de-pays-du-quebec-rebute

Et alors le Nationalisme Conservateur, ça fonctionne ?

…mais non, mais non… ça doit être la faute des islamistes et de Gesca, voyons ! 

Le Québec en 2019…

19 Mai

2019 : le Québec indépendant est devenu une dictature autoritaire dirigée par une main de fer par PKP 1er illustre Empereur des Québécois… Le Journal La Presse est interdit, les syndicats sont abolis et tout le monde est obligé d’être abonné à TVA sports qui sans Nordiques, passe des concours de Big Foot, tandis que l’Impact est toujours à TVAsports 3… Julie Snyder à droit à tous les crédits d’impôts imaginables et Bernard Drainville est nommé Ambassadeur en Arabie Saoudite pour ses bons et loyaux services… Tous les ténors fédéralistes ont virés capot et ont pris leur carte du PQ, Denis Lévesque est nommé ministre des Finances, des Ressources Naturelles et de l’Environnement (anyway c’est la même affaire !)… Tous les intellectuels ont quitté le pays… anyway les gars à la Radio nous disent que penser ça sert à rien…

Lors d’un vox pop à la Chaîne Nationale Ici-Télé-TVA-Nouvelles Paul Laroque demande l’avis des passants sur la rue, sur la situation actuelle :

Une petite dame toute ridée réfléchit une seconde et répond candidement :
« C’est d’la marde, mais c’est moins pire que le service à la clientèle de Bell… »

sur ce, bonne journée ! 😉

Les nouvelles tendances politiques au Québec

24 Avr

En tant que super chasseur de tendances et sommité intercontinentale de l’Actualité politique, il est de mon devoir de vous révéler les nouvelles tendances qui auront lieu au cours du printemps-été-automne 2015 au sein du paysage politique Québécois.  Voici donc les nouveaux venus qui peut-être influenceront (on ne l’espère pas), les débat sociaux de l’avenir…

La Race Bilingue

immigration-canada1

Il y a de ces gens qui semblent tout droit sortis d’un vidéo corporatif du gouvernement du Canada… ils ont des noms du genre Jeffrey Thibeault, Laurent Smith, ou du genre Huong-Kim Gretzky…  Ils parlent les deux langues officielles comme Jean Chrétien et ils ne font que démontrer leur super dévotion pour le « plusse-meilleur pays au monde ».  Cependant, ils n’arrêtent pas de chialer contre le système, le gouvernement, les autoroutes, la SAQ, Radio-Canada… en fait, tout est mieux en Ontario et c’est encore meilleur aux États-Unis… où ils vont sûrement déménager dans quelques années, car ils ont un bunch de cousins qui restent là…

La seule émission québécoise qu’il regarde c’est la Poule aux Oeufs d’Or, la seule émission Canadienne c’est Hockey Night in Canada et seul bout qu’ils aiment c’est l’édifient commentaire de Don Cherry… Pour le reste, c’est des émissions des States… Ce sont eux qui achètent la Molson Canadian à l’épicerie (maintenant vous savez), en plus d’être les seuls qui savent qui est Anne Murray sur le territoire du Québec (don’t ask).

Projet de Société : Canada all the way ! Coast to coast ! …mais maudit qu’ils ont hâte de déménager en Floride, avec leur cousine Sharreen Beaulieu d’Halifax et leur neveu Jean-Pierre Gonzalez de Sudbury… et aussi, ils devraient avoir le droit d’envoyer leur enfant à l’école l’anglaise, privée évidemment…

La Solution à tous nos problèmes, selon eux, est de voter infiniment pour Justin Trudeau et Philippe Couillard, ou tout autre individu désigné par la famille Desmarais….

Le Terroir 2.0

On a tous un oncle ou une tante qui post des infographies… euh non, des images MS Paint poches, dignes d’un collage d’un enfant de maternelle ayant pour sujet la Charte des Valeurs et/ou la menace engendrée par les « extrémistes »… Malheureusement, leur cohérence idéologique est aussi forte que leur talent pour créer dequand-vieux-essaient-l-informatique_6wmqt_37mtjos images de propagande simpliste. À un post Facebook avec une image d’une madame voilée qui prie à La Ronde (canular en passant) titrée : « il est temps de sortir la Religion du Québec, pour une société Laïque », ils t’en ressortent une autre deux plus plus tard : « Le Crucifix doit rester à l’assemblée Nationale ! »… et lorsque le temps des Fêtes arrive (oui le Temps des Fêtes, y’a plusieurs fêtes…faque on dit Temps des Fêtes… on dit Joyeux Noel, le jour de Noel et Bonne année, au jour de l’an… y’a pas de complot islamiste, c’est juste l’ostie de gros bon sens) et bien, accroche ta tuque en Phantex avec de la broche, parce que là tu vois une multiplication des posts sur les interdictions de sapins de Noël survenus en 2007 et le retrait de crèches dans un autre pays, étant plus intense que celle opérée par Jésus sur les pains et des poissons dans un désert quelconque de Judée, il y a genre 2000 ans… Sauf que Noël, c’est tellement important qu’ils ne daignent même pas aller à la messe de Minuit, parce que les enfants braillaient trop pour ouvrir leurs cadeaux et que anyway ils étaient beaucoup trop saouls pour conduire…

Pour eux un débat d’idées, c’est les commentaires en bas d’un article du journal de Montréal ou sur la page FB de TVA Nouvelles… Aussi, une anecdote d’une madame de Blainville leur semble plus crédible qu’une étude scientifique…

Projet de Société : Un État Laïque qui interdit toute les religions… sauf la leur… parce que c’est du Patrimoine… pour continuer le travail commencé lors de la Révolution tranquille où on s’est enfin délivré de la Religion catholique et du pouvoir nocif des curés… (confus ?)

La Solution à tous nos problèmes est un triumvirat composé du conseiller municipal d’Hérouxville, Bernard Drainville et du maire de Saguenay, Jean Là Là Tremblay…

Les impérialistes Montréalais

Les impérialistes Montréalais ne vivent pas à Montréal, ils SONT Montréal ! Ils trippent sur l’Impact, achètent des vinyles en quantité industrielle, roule en Bixi…  Tout ce qui est partagé avec le reste du Québec est ringard…Ils clament qu’ils ne regardent jamais la télé, ce sont eux qui étampent partout sur les réseaux sociaux qu’ils ne regardent pas les éimpérialiste montréalaismissions de télévision populaires pendant qu’elles jouent… (comment ça ils savent l’heure de l’émission ?) et ils écoeurent le reste de la planète avec « Série Noire ». Ils désirent le retour des Expos, mais aucunement celui des Nordiques, car Québec ce n’est pas une ville (ils n’ont même pas de Métro). Ils réclament plus de films de Xavier Dolan et voudraient manifester à l’année, afin de pouvoir scander Fuck the Police (le Groupe de musique et le SPVM) !

Au delà des Couronnes Nord et Sud, c’est le néant absolu.  Trois-Rivières, c’est la campagne; Drummondville, c’est le désert; et Québec City, c’est le Mordor !  Pourtant, ils savent plus que quiconque ce qu’il faut faire pour les Régions, les abandonner… ou en faire des colonies où des missionnaires propageront les nouvelles connaissances dans la domaine de la cuisson du grilled-chesse, du post-rock garage, des fixees, de l’anarcho-féministe radical ou des schémas tactiques du 11 montréalais…

Projet de Société : que Montréal impose son hégémonie sur l’ensemble du Québec… du Canada, ensuite sur le monde entier et peut-être même Brooklyn…

La Solution à tous nos problèmes serait d’être géré par un comité anarcho-communiste composé d’Amir Khadir, de la fille d’Amir Khadir, Xavier Dolan, un cuisinier dans un restaurant de Grilled-Cheese de Luxe, 3-4 chroniqueuses féministes, Anarchopanda, 2 aficionados du Marché Jean-Talon, ainsi qu’un propriétaire d’une boutique de Vinyles…

Les Rednecks de Région

Dans les Régions, il y a les gens des Régions… mais plus tu vas creux dans le bois ou dans les terres, plus t’as de la chance de croiser les Rednecks de Régions… tsé le monde qui se pointe en habit de chasse à un party de Noël ou à un enterrement…cletus

Ces gens-là, trippent un peu trop sur Bob Bisonnette, répètent mot pour mot les argumentaires des animateurs de RadioX… et passent leur journée à se saouler à la Coors Light ou toute autre bière avec un nom semble provenir des States.  Leur plus grande aspiration est le retour des Nordiques (Nordiques Nation !!!!!), et tout commentaire sur le fait qu’on s’est fait fourrer avec la construction d’un amphithéâtre de 400 Millions qui ne va servir qu’à accueillir une équipe de hockey junior, est répondu par un coup de shot-gun…

Pourtant, leur plus grand sujet de débat semble être au sujet de la meilleure marque de pick-up sur le marché, et ce même s’ils conduisent une Sunfire 2001 orange avec des stripes vertes… Ils sont du genre à accrocher un drapeau confédéré dans leur garage ou même dans leur cuisine, sans savoir ce que ça représente… mais bon c’est des Rednecks…

Ils aiment leurs femmes chaudes et leurs bières froides, mais ils passent la majeure partie de leur temps à boire de la bière tiède dans le bois, tout seuls..entre gars… loin des regards…

Pour eux, une randonnée ça se fait en skidoo, le taux d’alcoolémie et la limite de vitesse c’est une suggestion, les aliments biologiques sont les framboises que tu ramasses dans le fossé sur le bords de la route (après avoir perdu le contrôle de ton char parce que tu roulais trop vite et que tu étais trop saoul), une maison à 150 000 $ c’est un château et croiser un feu de circulation est un événement !

hamadcolon

Projet de société : un État qui coupe dans tout, sauf le sport et aider nos entreprises; qui s’attaque aux syndicats, aux féministes, aux étudiants, aux écologistes pis toutes les autres osties de BS et qui tabasse tous ceux qui perturbent notre modèle de développement économique basé sur une exploitation intensive des ressources naturelles et les baisses d’impôts…(oh wait !)

La Solution à tous nos problèmes c’est moins de gouvernement, plus de police ! …et des guns pour se protéger de la police…

Les ci-devant épicuriens de la Haie-de-Cèdres

Le terme « ci-devant » signifie « auparavant » et était utilisé lors de la Révolution française pour désigner les anciens aristocrates qui dépossédés de leurs pouvoir, peinaient à se positionner dans ce « monde nouveau ».  C’est un peu la situation dans laquelle se retrouvent nos épicuriens de banlieue qui veulent toujours profiter de la vie, mais cherchent désespérément à avoir une conscience sociale… Ils sont en période de transition depuis genre 10 ans, donc ils sont très mêlés… Certains sont des habitants de la banlieue déménagés à Montréal, d’autres d’anciens Montréalais rendus dans le 450… Ils roulent en vélo en banlieue, mais se promènent en voiture à Montréal… Ne veulent pas de pesticides sur leur pelouse, mais veulent continuer de faire la guerre aux mauvaises herbes… Ce sont les amants du politically correct et du yogourt sans gras.lawnmower_repair1hampshire

Ils reçoivent des paniers de légumes bio, boivent du café équitable, et mangent des oeufs de poules en libertés, mais capotent lorsqu’un Subway ouvre à deux rues de chez eux… Ils regardent La Voix, mais enregistrent « Tout le monde en parle ». Ils se disent ouverts à l’immigration et à la différence, mais ils ne veulent pas que des « étranges » deviennent leurs nouveaux voisins. Ils regardent des films en anglais sous-titrés en français, conduisent un SUV hybride et pour eux, une mobilisation c’est acheter un produit où une partie des profits ira à une oeuvre de charité quelconque… Ils participent également à tous les défis « un mois de si », une « semaine à faire ça » ou la « journée sans faire une autre affaire »… et ils te gossent solide pour te le rappeler…

Politiquement, ils sont mêlés, ils veulent du changement mais pas trop… c’est le genre de monde qui hésite entre voter pour la CAQ ou Québec Solidaire…

Projet de société : Un Québec indépendant, dans un Canada fort… qui fait la lutte aux changement climatiques et qui vise à réduire les inégalités… mais sans affecter notre développement économique et l’exploitation de nos ressources naturelles. (coudonc, j’suis en train d’écrire le programme de Pauline Marois moé là…)

La solution à tous nos problèmes serait un gouvernement minoritaire stable… ou bien la résurrection de Jack Layton…

Les Mystiques écologiques

On connait tous quelqu’un qui est disparu et qui réapparu sur Facebook, en publiant des photos de son voyage en Amérique Latine… et puis qui vit désormais quelque part en campagne, on ne sait pas trop ce qu’il fait, mais ce en quoi il croit… oh ça, on le sait ! Comme tout bon écologiste, il s’est battu contre le projet de port pétrolier à Cacouna et fait à la guerre au Pipeline d’Energie Est, mais il répand également sa page Facebook de curieux vidéos sur les Chemtrails, les souffrances des élevages d’animaux pour la fourrures en Chine, de la disparition d’une grenouille quelconque en Amazonie, en OLYMPUS DIGITAL CAMERAplus d’insulter le sinistre individu qui aura l’audace de photographier son steak et le publier sur les réseaux sociaux. Il est rempli de désarroi, car la planète entière n’est pas Végétalien comme lui… en plus de considérer Greenpeace et Équiterre comme des maudits posers travaillant pour le compte des illuminatis.

Son ennemi mortel est Monsanto qui est la cause de tous les problèmes sur la terre.  Ils ne veulent plus de pesticides, et ils portent une attention toute particulière à la provenance de leur bouffe, mais se fouttent bien par exemple de celle de leur weed qu’ils fument comme des cheminées… Ils publient des liens vers toutes les études scientifiques prédisant l’Apocalypse si rien n’est fait pour contrer les changements climatiques, mais sont anti-vaccins… et croient à toutes sortes de théories nouvel âge sur les champs d’énergie ou les auras, quand ce n’est pas de prétendre qu’on peut guérir le cancer avec du jus de racine…

Habituellement, on n’invite pas ces gens-là à souper chez nous, car il n’y a rien d’acceptable pour eux dans notre garde-manger, et quand on va chez eux, bien… ça goûte le carton… Ce sont eux qui achète de l’Hydromel à la SAQ (maintenant vous savez).

Projet de Société : Vivre en harmonie avec la nature, même si cela équivaut à éliminer la moitié de la population de la planète.

La Solution à tous nos problèmes serait un gouvernement du Parti Vert ou donner le droit de vote aux animaux, ce qui nous mènerait à gouvernement dirigé par des Bélugas. (cool !)

De la liberté au temps du Printemps 2015… Partie 1 : Pourquoi déteste-t-on autant les carrés rouges ?

4 Avr

Pourquoi déteste-t-on autant les carrés rouges ?

Je ne commencerai pas ce texte avec un diagnostic pessimiste de la société québécoise avec une longue tirade sur mon incompréhension devant un gouvernement oppressif qui ne veut pas tendre l’oreille vers sa jeunesse, son propre avenir…

On vous l’a fait depuis le printemps Érable, ça n’a pas l’air de vous attendrir plus qu’il ne faut… Mais pourtant, un récent sondage de CROP prétend que 40 % des Québécois voudraient que la priorité du gouvernement soit la lutte à la pauvreté et non de « faire le ménage » dans nos finances publiques avec un programme d’austérité.  De l’autre côté, les économistes découvrent que les déficits annoncés par le gouvernement Couillard, sont en fait des surplus masqués

Alors pourquoi il y a seulement les étudiants dans la Rue ? Et pourquoi les « gens ordinaires » les détestent-ils autant ?  Et surtout, pourquoi ne font-ils rien pour contrer des hausses de tarifs et des coupures de services qu’ils ne veulent même pas ?

Cette apathie généralisée et le cynisme ambiant pourraient vous sembler comme une nouveauté, un phénomène récent qui déstabilise les penseurs, et qu’il n’y a pas vraiment de solution à ce problème.  Et si je vous disais, que ce que nous vivons collectivement aujourd’hui, une homme l’avait prédit il y de cela 175 ans…

Non seulement il l’avait prédit, mais il en avait vu la cause. Non pas dans une corruption généralisée de ses dirigeants ou un corporatisme syndical d’une Élite gauchiste, mais dans le régime démocratique lui-même, les citoyens abandonnant peu à peu, leur liberté pour le confort et les petits plaisirs personnels.

Ainsi, c’est Tocqueville plus que tout autre qui décrit le mieux notre situation dans ce fameux extrait de la démocratie en Amérique (Tome II) :

C’est que la Liberté fait peur, nous angoisse, et l’exercer (comme le font les étudiants en ce moment), peut nous apporter de graves conséquences, comme le démontre cet autre extrait de Jacques Ellul :

Alors, pourquoi parlons-nous autant de Liberté !  Pourquoi devant l’exercice de la liberté, d’autres répondent-ils par l’imposition d’une « autre liberté » ? Ou, pourquoi des amoureux déclarée de la liberté, ne veulent aucunement que les autres en fassent l’exercice ? Pourquoi, ces appels à la brutalité policière ou même à l’armée à chaque fois que les étudiants descendent dans la rue ?  Pourquoi ces propos diffamatoires ou même haineux, envers les étudiants ? Pourquoi cette répétition de billets orduriers, sans aucun faits, ni proposition concrète au sujet de la grève ?

Pourquoi tant de gens supposément dotés de capacités de réflexion plus qu’adéquates, s’enfoncent dans l’émotion et la sentimentalité pour un programme dont la réussite est plus qu’hasardeuse, tandis que les « méchants casseurs anarchistes » sont capables faire des propositions concrètes intéressant même les trois partis d’opposition ?

Mais quelle est donc cette liberté remplie de haine ?

Ici Slavoj Zizek tente une réponse :

Ce que ces exaltés de « drettistes » veulent ce n’est pas la liberté, mais cette obsène liberté… de conduire imprudemment, de consommer de la drogue, d’agresser des filles, de se battre à la sortie des bars, d’acheter des marchandises volées, de travailler au noir, et bien d’autres choses.  Selon eux, et quelques fois ils n’ont pas tort, un régime plus équitable profiterait à l’Élite gauchiste (c’est à dire les artistes, les fonctionnaires et les intellectuels) qui pourraient se permettre des transgressions, tandis qu’eux, se feraient sermonner à longueur de journée par un État qui ne leur apporterait que de minces avantages.

Ils ne veulent pas s’engager dans un processus afin d’améliorer leur condition et celle de la collectivité, car ce qui est « bon  pour eux » est défini par des gens qui leurs sont étrangers et ils ont trouvé un moyen de profiter du système, même si ce dernier se relève auto-destructeur…

Comme par exemple, le choix de polluer avec un « gros char », car le choix ne pas polluer est décidé par une Élite qui ne comprend pas leur condition.  Pourtant, ne pas polluer est logiquement une meilleure chose que de polluer, que ce soit pour nous-même ou pour les autres.  Par contre, imposer un choix sur les autres, même s’il est logique et nécessaire, est désormais perçu par celui qui se le fait imposer, comme un manque de respect, une atteinte à sa dignité, un déni de reconnaissance de son individualité… Ce qui poussent les personnes à se radicaliser, car tout compromis politique, devient alors une trahison personnelle.

Les gens de droite pourraient retourner les mêmes arguments aux carrés rouges, et autres progressistes, en leur disant qu’il faut faire des sacrifices pour sauvegarder les finances de l’État, et que cette lutte contre l’Austérité n’est qu’un prétexte pour perturber et faire de la casse. Cependant, si des changements doivent être apportés aux finances publiques, la nécessité de mesures d’Austérité aussi intenses, est fortement discutable.  Tout cela devrait plutôt être un débat stérile entre économistes, technocrates, syndicats et dirigeants d’entreprises, et non une crise sociale à l’échelle nationale !

Les idées politiques deviennent tellement intégrées dans l’identité que si quelqu’un à une idée contraire à la tienne, il devient moins humain.  Une idée doit rester une idée, c’est à dire que l’on peut changer d’idée, lorsque quelqu’un nous prouve que son idée est meilleure que la nôtre.  Chose que l’on apprend encore dans quelques facultés universitaires…  Car la politique dans un contexte démocratique, c’est transformer des institutions, améliorer des programmes, s’assurer du bon fonctionnement des nos organismes publiques, avoir des finances saines et qui profitent à l’ensemble des citoyens, où chacun peut exprimer ses idées dans un contexte sécuritaire et respectueux.  La démocratie ce n’est pas 50%+1 qui écrase 50%-1, car telle est la volonté de la Majorité silencieuse ou pas, la démocratie ne se résume pas qu’aux élections, il y a également toute une structure légale qui l’accompagne, assurant les libertés individuelles, de plus les organisations civiles suivent également les principes démocratiques.

Le refus du dialogue et l’utilisation de la ligne dure, peut rassurer les ministres libéraux autant qu’ils le veulent, mais il ne se construit pas en ce moment, un monde basé sur les « valeurs libérales ».  Ce que les partisans de l’Austérité essaient de faire, ce n’est pas vraiment d’assainir les Finances publiques, mais plutôt d’en finir avec leurs ennemis politiques.  Chose qui semble avoir un vif succès, car même ceux qui rouspètent contre les hausses de tarifs et le gaspillage de fonds publics, tombent automatiquement du côté du gouvernement libéral lorsqu’il frappe les étudiants et les syndicats.  Le débat est si personnalisé que l’on s’attaque plus à ceux qui nous critiquent qu’au problème lui-même.  Malgré tout, on peut utiliser toute la répression que l’on veut, nier l’évidence ne la fera pas disparaître…

Réaction sur le sondage bidon CROP/La Presse au sujet de l’intégrisme religieux

21 Fév

Bidon ! Bidon ! Bidon !

Je m’excuse, mais le sondage envoyé miraculeusement aux lecteurs de La Presse, en pleine crise de confiance envers le gouvernement Couillard à l’aube du « Printemps 2015 » est d’une malhonnêteté tellement crasse que je ne peux pas m’empêcher de réagir.

Comme je vous le dis bidon !

Premièrement les affirmations sont tellement floues et biaisées, que les sondés ne peuvent que se diriger dans le sens indiqué par le sondeur.  Ça pue la manipulation à plein nez.

L’article commence assez bien merci, en nous annonçant que 2 Québécois sur 3, s’inquiètent de la possibilité que l’intégrisme religieux puisse menacer « la sécurité du Québec »…

Ça indique quoi ça, rien ! Je vous dis, absolument rien ! C’est totalement flou.   Vous auriez le même genre de résultats si je vous disais : dans l’éventualité que Godzilla puisse potentiellement détruire Montréal, seriez-vous inquiets que Godzilla détruise Montréal…

Godzilla VS. The Smog Monster

Ben oui, criss tu serais inquiet !

Ensuite on apprend que 85 % des Québécois s’inquiètent du refus de certains immigrants d’adopter les valeurs canadiennes et québécoises…

Encore une fois totalement subjectif !  Flou et n’ayant aucune valeur !

Ici « certains immigrants » est un groupe indéfini, quasi-imaginaire, une vue de l’esprit, n’étant conceptualisé que par la personne qui répond au sondage, sur quelque chose de tout aussi indéfini et individualisé « les valeurs québécoises et canadiennes ». Il y a 8 000 000 de Québécois et Québécoises au Québec et je peux avancer qu’on aurait 8 000 000 de versions différentes sur ce que sont les « valeurs québécoises ».. En fait 85 % des Québécois sont inquiets que des gens qu’ils inventent dans leur imagination attaquent des valeurs qui ne sont même pas les mêmes que leurs voisins… Il aurait été plus judicieux de nommer les groupes et les valeurs explicitement.

Il faut aussi parler de la notion encore très floue de « Certains immigrants ».  Qui sont ces « certains immigrants » et combien sont-ils ? Moi, je pourrais affirmer que 12 musulmans extrémistes sont probablement en train de fomenter un complot quelconque contre le Québec, mais je peux sûrement trouver 12 Italiens, 12 Asiatiques, 12 Mexicains et sûrement une belle collection de Français du Plateau tout aussi dangereux, mais que dire des douzaines de sympathisants nazis oeuvrant dans des confréries de « Québécois de souche » en tout genre ?

On nous parle alors de guerre de valeurs… ben oui, il y a une « Guerre de valeurs » au Québec ! Grosse affaire ! Heille yo bonhomme, ce n’est pas un problème, l’gros, c’est un processus sociologique totalement normal à toute société d’accueil comme la nôtre… On pourrait avoir fait le même sondage en 1915, en 1875 ou en 1985, que les résultats auraient probablement été les mêmes.  Pour la crise identitaire, on repassera !

Pour vous prouver que ce n’est pas nouveau qu’on a peur de « certains immigrants » qui s’attaquent à nos valeurs. voici des exemples du passé :

« l’invasion » irlandaise :

Ganges1876KlantreeromeScientific_racism_irish

Punch_Anti-Irish_propaganda_(1882)_Irish_Frankenstein

 

Ou bien le fameux, « péril jaune » :

Mongolian_octopus YellowTerror

 

Mais revenons à notre article…

Ensuite on nous indique que 79 % des Québécois sont inquiets que des actes terroristes soient commis sur le territoire.  Wow ! Grosse découverte ! C’est sûr que les gens sont inquiets que des choses inquiétantes surviennent… La question adéquate à poser aurait été de demander si les Québécois trouvent cette menace probable et dans quelle mesure ces attentats pourraient subvenir au Québec ? Ou encore, si ces menaces ont transformé les habitudes quotidiennes des Québécoises et Québécois… parce que, si ça ne change absolument rien dans ta vie, ce n’est pas vraiment une menace…

Et ensuite, on nous dit que 79 % sont aussi inquiets que des jeunes soient convertis pour en faire des combattants à l’étranger… Bon, franchement… Je veux dire dans l’histoire, le jugement des plus vieux sur les choix des plus jeunes a toujours été super adéquat au possible…genre… super exact et aucunement à côté de la track… Dois-je vous rappeler le Rock n’ Roll, les Mothers against Kiss, ou les conservateurs outragés contre N.W.A ou Ozzy Osbourne… que dire des délires contre la girafe cancérigène ou les imbéciles de haut-niveau qui refusent de faire vacciner leurs enfants.

Bon je commence à dépomper contre ce sondage et cet article merdiques… Mais je crois ce qu’il faut comprendre dans tout cela, est que l’inquiétude ne pousse pas à des politiques publiques adéquates.  Dans ces temps incertains, le choix politique qui s’offre à nous reste toujours entre voter pour ceux qui nous disent d’écouter nos peurs ou ceux qui nous invitent « à n’avoir peur que de la peur elle-même ».

P-S : Pour ceux qui veulent lire l’article ou se torcher avec

http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/201502/21/01-4846182-lintegrisme-religieux-suscite-lapprehension.php

Avez-vous pensé, avant d’être… Charlie

19 Jan

Bon je ne vais pas vous parler de Charlie Hebdo, mais plutôt de la réaction que la grande majorité d’entre vous a eue face à ce triste événement.  À chaque fois que quelque chose en ce genre se produit, je suis toujours surpris par l’ampleur de la mobilisation sur les réseaux sociaux et la facilité avec laquelle un nombre important de gens intelligents s’y joint sans trop y réfléchir.

Ces mobilisations virtuelles sont grandes, car elles sont, d’une part, faciles; mais aussi, car elles répondent à un besoin émotionnel. Ce qui construit en quelque sorte des communautés d’émotion, permettant de partager le sentiment qui nous monte à la gorge lorsqu’auparavant nous regardions seuls la télévision. À cette émotion trop forte devant les événements qui dépassent notre compréhension, amène le désir d’avoir une réponse, le plus rapidement possible. Bon ou mauvais, cela importe peu, pour autant qu’elle puisse nous apaiser.

Dorénavant, la réponse et l’action sont instantanées, en plus d’être entremêlées dans l’émotion.  Tout s’accélère et il faut presque aussi instantanément prendre position, on embarque dans le mouvement ou on le regarde passer.  Une réponse hâtive provient d’une réflexion bâclée. Mais malheureusement, nous possédons un innombrable troupeau de démagogues qui ne savent que cela, dans notre merveilleux monde médiatique.

Ce besoin émotif pour une réponse hâtive génère aussi des émotions, créant un cercle de dépendance, à ces réponses qui ne font que nous rassurer dans notre vision du monde, au lieu de la confronter.  Et comment nous rassure-t-on ? En nous faisant passer pour la victime.  C’est ça le langage de la déraison.  Tout le monde (moi y compris), se réfugie au fond de lui-même avec cette pensée : « je n’ai rien à me reprocher, j’aime ce que je fais et je veux continuer de le faire ».  C’est cette voix qui nous force à agir sans penser aux autres.  Cette même voix que l’on apprend à taire, car elle ne fait que blesser les gens autour de nous. Par contre, la victime peut tout faire au nom de la Justice.  Si par exemple, des étrangers voulaient nous envahir et nous imposer leurs valeurs, nous aurions tous les droits du monde à répondre à cette menace.  N’importe quelle étude sur cette question vous démontrera que cette perception est fausse, ou extrêmement exagérée.  Cependant, ce besoin « d’être une victime » devient plus fort que tout.

Ceux qui prennent alors le devant de la scène sont ceux qui perpétuent l’irraisonnable, le problème, c’est les autres.  Et on entre alors dans l’âge des extrêmes, mais le plus triste est que si auparavant tout cela venait d’un chef, d’un État ou d’un parti tout-puissant qui contrôlait les masses, maintenant les groupes les plus extrémistes ne font que répondre aux besoins de sa base.  Nous avons dorénavant des mouvements sans direction, sans chef, qui semblent être portés par eux-mêmes où s’agencent des gens qui ne veulent pas penser, mais qui se sentent obligés d’avoir une opinion.  On peut être dépassé par un événement, on peut prendre le temps de réfléchir, on peut décider de vouloir en savoir plus sur le sujet.

C’est là que le Marché s’arrête, là où commence le domaine des « intellectuels » et même celui-là devient englouti dans la chasse aux nombres de « clics » et de « followers ».  Le libre marché donne accès à des idées, mais la plupart de celles-ci sont malheureusement sans valeur, elles ne font que perpétuer le culte du faux prophète qui se donne une position en disant aux autres quoi penser.

Aurait-on affiché « je suis Charlie », il y a 10, 15 ou 20 ans ?  Le cri de ralliement d’un si grand mouvement collectif, aurait-il été si individualiste ? « Je suis », à la compassion on a substitué l’identification à la victime.  Au lieu de faire état de la situation et chercher des solutions durables, on veut être assassiné froidement pour avoir déconné un peu trop avec des dessins… Pourquoi vouloir s’enduire du sang encore chaud des employés d’un journal controversé, alors que vous n’avez rien fait de tel lorsque Breivik a assassiné une soixantaine de jeunes militants d’un parti de gauche ?

On pense par effet d’entrainement.   Lorsque le mouvement démarre, il est difficile de l’arrêter, et la mécanique des réseaux sociaux est encore difficile à cerner.  Pourtant, entre deux attentats l’un commis par un cinglé extrême-droite et l’autre un extrémiste musulman, on tend qu’à s’agiter collectivement qu’au dernier… Comme si l’on savait qu’il vaut mieux ne pas trop en faire lorsque le réactionnaire blanc en colère dépasse la limite, mais que tout est permis lorsque le musulman fait exactement le même geste.  Savons-nous en nous même que les terroristes d’Al-Qaida ne sont pas vraiment une menace, pendant que les disciples de l’ordre, de la race et de l’argent nous tiennent déjà par la gorge ?

Je ne vous condamne pas d’avoir suivi le mouvement, mais en le faisait vous avez intégré un discours, des idées que vous allez sûrement défendre dans les mois ou les années qui suivent, jusqu’au jour où un autre événement du genre vous donnera un nouveau programme idéologique qui pourrait même contredire celui que vous avez décidé de défendre aujourd’hui.  Les émotions que génèrent ces mouvements paraissent désormais plus fortes que celles engendrées par la consommation.  Pourtant, l’individu s’il se révolte, s’il agit pour un monde meilleur, semble inexistant.  Il n’est que dans ce message, habituellement nébuleux. À tous ceux qui lance « Je pense, donc je suis Charlie », je dirai plutôt « Je suis Charlie, car j’ai besoin de penser », car j’en suis incapable par moi-même… Et dans ce monde d’hypercommunication du Web 2.0, si tu ne penses pas, tu n’existes pas…  Mais on ne peut pas penser par soi-même, car ce monde ne fonctionne que par l’approbation des autres, de là le besoin de suivre continuellement la parade.

Ce qui est arrivé à Charlie Hebdo, c’est triste, c’est grave, mais je suppose que si on demandait à tous ceux qui ont mis un « je suis Charlie » comme photo de profil, une très grande majorité ne saurait pas quoi vous répondre… Ou du moins, elle répéterait les propos d’un chroniqueur ou d’un animateur de radio.  Nous avons raison d’être tristes, nous avons raison d’être en colère, mais on ne construit pas des politiques, car on est triste ou en colère.

On a besoin collectivement de prendre une petite pause, de boire une tisane et de commencer à réfléchir.  Il faut se parler calmement et analyser ce qui se passe de manière lucide.  Tout intellectuel qui se respecte a le devoir moral de ne pas répondre au chant des sirènes qu’est le jeu du web 2.0. Sinon, tu n’es qu’un faiseur d’opinions, c’est à ne dire rien.  Hier, tu étais Charlie; demain, tu seras autre chose… Au moins, tu auras plein d’amis sur Facebook, tant mieux pour toi… pauvre con !