Tag Archives: droite

Le Mouvement Souverainiste dans l’impasse

28 Oct

Faire le tour des Médias ce matin, lire ceci :

http://www.lapresse.ca/le-soleil/opinions/points-de-vue/201510/27/01-4914490-la-resurrection-manquee-du-bloc-quebecois.php

et ensuite, cela :

http://www.ledevoir.com/politique/quebec/453715/le-projet-de-pays-du-quebec-rebute

Et alors le Nationalisme Conservateur, ça fonctionne ?

…mais non, mais non… ça doit être la faute des islamistes et de Gesca, voyons ! 

Publicités

Le Québec en 2019…

19 Mai

2019 : le Québec indépendant est devenu une dictature autoritaire dirigée par une main de fer par PKP 1er illustre Empereur des Québécois… Le Journal La Presse est interdit, les syndicats sont abolis et tout le monde est obligé d’être abonné à TVA sports qui sans Nordiques, passe des concours de Big Foot, tandis que l’Impact est toujours à TVAsports 3… Julie Snyder à droit à tous les crédits d’impôts imaginables et Bernard Drainville est nommé Ambassadeur en Arabie Saoudite pour ses bons et loyaux services… Tous les ténors fédéralistes ont virés capot et ont pris leur carte du PQ, Denis Lévesque est nommé ministre des Finances, des Ressources Naturelles et de l’Environnement (anyway c’est la même affaire !)… Tous les intellectuels ont quitté le pays… anyway les gars à la Radio nous disent que penser ça sert à rien…

Lors d’un vox pop à la Chaîne Nationale Ici-Télé-TVA-Nouvelles Paul Laroque demande l’avis des passants sur la rue, sur la situation actuelle :

Une petite dame toute ridée réfléchit une seconde et répond candidement :
« C’est d’la marde, mais c’est moins pire que le service à la clientèle de Bell… »

sur ce, bonne journée ! 😉

De la liberté au temps du Printemps 2015… Partie 1 : Pourquoi déteste-t-on autant les carrés rouges ?

4 Avr

Pourquoi déteste-t-on autant les carrés rouges ?

Je ne commencerai pas ce texte avec un diagnostic pessimiste de la société québécoise avec une longue tirade sur mon incompréhension devant un gouvernement oppressif qui ne veut pas tendre l’oreille vers sa jeunesse, son propre avenir…

On vous l’a fait depuis le printemps Érable, ça n’a pas l’air de vous attendrir plus qu’il ne faut… Mais pourtant, un récent sondage de CROP prétend que 40 % des Québécois voudraient que la priorité du gouvernement soit la lutte à la pauvreté et non de « faire le ménage » dans nos finances publiques avec un programme d’austérité.  De l’autre côté, les économistes découvrent que les déficits annoncés par le gouvernement Couillard, sont en fait des surplus masqués

Alors pourquoi il y a seulement les étudiants dans la Rue ? Et pourquoi les « gens ordinaires » les détestent-ils autant ?  Et surtout, pourquoi ne font-ils rien pour contrer des hausses de tarifs et des coupures de services qu’ils ne veulent même pas ?

Cette apathie généralisée et le cynisme ambiant pourraient vous sembler comme une nouveauté, un phénomène récent qui déstabilise les penseurs, et qu’il n’y a pas vraiment de solution à ce problème.  Et si je vous disais, que ce que nous vivons collectivement aujourd’hui, une homme l’avait prédit il y de cela 175 ans…

Non seulement il l’avait prédit, mais il en avait vu la cause. Non pas dans une corruption généralisée de ses dirigeants ou un corporatisme syndical d’une Élite gauchiste, mais dans le régime démocratique lui-même, les citoyens abandonnant peu à peu, leur liberté pour le confort et les petits plaisirs personnels.

Ainsi, c’est Tocqueville plus que tout autre qui décrit le mieux notre situation dans ce fameux extrait de la démocratie en Amérique (Tome II) :

C’est que la Liberté fait peur, nous angoisse, et l’exercer (comme le font les étudiants en ce moment), peut nous apporter de graves conséquences, comme le démontre cet autre extrait de Jacques Ellul :

Alors, pourquoi parlons-nous autant de Liberté !  Pourquoi devant l’exercice de la liberté, d’autres répondent-ils par l’imposition d’une « autre liberté » ? Ou, pourquoi des amoureux déclarée de la liberté, ne veulent aucunement que les autres en fassent l’exercice ? Pourquoi, ces appels à la brutalité policière ou même à l’armée à chaque fois que les étudiants descendent dans la rue ?  Pourquoi ces propos diffamatoires ou même haineux, envers les étudiants ? Pourquoi cette répétition de billets orduriers, sans aucun faits, ni proposition concrète au sujet de la grève ?

Pourquoi tant de gens supposément dotés de capacités de réflexion plus qu’adéquates, s’enfoncent dans l’émotion et la sentimentalité pour un programme dont la réussite est plus qu’hasardeuse, tandis que les « méchants casseurs anarchistes » sont capables faire des propositions concrètes intéressant même les trois partis d’opposition ?

Mais quelle est donc cette liberté remplie de haine ?

Ici Slavoj Zizek tente une réponse :

Ce que ces exaltés de « drettistes » veulent ce n’est pas la liberté, mais cette obsène liberté… de conduire imprudemment, de consommer de la drogue, d’agresser des filles, de se battre à la sortie des bars, d’acheter des marchandises volées, de travailler au noir, et bien d’autres choses.  Selon eux, et quelques fois ils n’ont pas tort, un régime plus équitable profiterait à l’Élite gauchiste (c’est à dire les artistes, les fonctionnaires et les intellectuels) qui pourraient se permettre des transgressions, tandis qu’eux, se feraient sermonner à longueur de journée par un État qui ne leur apporterait que de minces avantages.

Ils ne veulent pas s’engager dans un processus afin d’améliorer leur condition et celle de la collectivité, car ce qui est « bon  pour eux » est défini par des gens qui leurs sont étrangers et ils ont trouvé un moyen de profiter du système, même si ce dernier se relève auto-destructeur…

Comme par exemple, le choix de polluer avec un « gros char », car le choix ne pas polluer est décidé par une Élite qui ne comprend pas leur condition.  Pourtant, ne pas polluer est logiquement une meilleure chose que de polluer, que ce soit pour nous-même ou pour les autres.  Par contre, imposer un choix sur les autres, même s’il est logique et nécessaire, est désormais perçu par celui qui se le fait imposer, comme un manque de respect, une atteinte à sa dignité, un déni de reconnaissance de son individualité… Ce qui poussent les personnes à se radicaliser, car tout compromis politique, devient alors une trahison personnelle.

Les gens de droite pourraient retourner les mêmes arguments aux carrés rouges, et autres progressistes, en leur disant qu’il faut faire des sacrifices pour sauvegarder les finances de l’État, et que cette lutte contre l’Austérité n’est qu’un prétexte pour perturber et faire de la casse. Cependant, si des changements doivent être apportés aux finances publiques, la nécessité de mesures d’Austérité aussi intenses, est fortement discutable.  Tout cela devrait plutôt être un débat stérile entre économistes, technocrates, syndicats et dirigeants d’entreprises, et non une crise sociale à l’échelle nationale !

Les idées politiques deviennent tellement intégrées dans l’identité que si quelqu’un à une idée contraire à la tienne, il devient moins humain.  Une idée doit rester une idée, c’est à dire que l’on peut changer d’idée, lorsque quelqu’un nous prouve que son idée est meilleure que la nôtre.  Chose que l’on apprend encore dans quelques facultés universitaires…  Car la politique dans un contexte démocratique, c’est transformer des institutions, améliorer des programmes, s’assurer du bon fonctionnement des nos organismes publiques, avoir des finances saines et qui profitent à l’ensemble des citoyens, où chacun peut exprimer ses idées dans un contexte sécuritaire et respectueux.  La démocratie ce n’est pas 50%+1 qui écrase 50%-1, car telle est la volonté de la Majorité silencieuse ou pas, la démocratie ne se résume pas qu’aux élections, il y a également toute une structure légale qui l’accompagne, assurant les libertés individuelles, de plus les organisations civiles suivent également les principes démocratiques.

Le refus du dialogue et l’utilisation de la ligne dure, peut rassurer les ministres libéraux autant qu’ils le veulent, mais il ne se construit pas en ce moment, un monde basé sur les « valeurs libérales ».  Ce que les partisans de l’Austérité essaient de faire, ce n’est pas vraiment d’assainir les Finances publiques, mais plutôt d’en finir avec leurs ennemis politiques.  Chose qui semble avoir un vif succès, car même ceux qui rouspètent contre les hausses de tarifs et le gaspillage de fonds publics, tombent automatiquement du côté du gouvernement libéral lorsqu’il frappe les étudiants et les syndicats.  Le débat est si personnalisé que l’on s’attaque plus à ceux qui nous critiquent qu’au problème lui-même.  Malgré tout, on peut utiliser toute la répression que l’on veut, nier l’évidence ne la fera pas disparaître…

Réaction sur le sondage bidon CROP/La Presse au sujet de l’intégrisme religieux

21 Fév

Bidon ! Bidon ! Bidon !

Je m’excuse, mais le sondage envoyé miraculeusement aux lecteurs de La Presse, en pleine crise de confiance envers le gouvernement Couillard à l’aube du « Printemps 2015 » est d’une malhonnêteté tellement crasse que je ne peux pas m’empêcher de réagir.

Comme je vous le dis bidon !

Premièrement les affirmations sont tellement floues et biaisées, que les sondés ne peuvent que se diriger dans le sens indiqué par le sondeur.  Ça pue la manipulation à plein nez.

L’article commence assez bien merci, en nous annonçant que 2 Québécois sur 3, s’inquiètent de la possibilité que l’intégrisme religieux puisse menacer « la sécurité du Québec »…

Ça indique quoi ça, rien ! Je vous dis, absolument rien ! C’est totalement flou.   Vous auriez le même genre de résultats si je vous disais : dans l’éventualité que Godzilla puisse potentiellement détruire Montréal, seriez-vous inquiets que Godzilla détruise Montréal…

Godzilla VS. The Smog Monster

Ben oui, criss tu serais inquiet !

Ensuite on apprend que 85 % des Québécois s’inquiètent du refus de certains immigrants d’adopter les valeurs canadiennes et québécoises…

Encore une fois totalement subjectif !  Flou et n’ayant aucune valeur !

Ici « certains immigrants » est un groupe indéfini, quasi-imaginaire, une vue de l’esprit, n’étant conceptualisé que par la personne qui répond au sondage, sur quelque chose de tout aussi indéfini et individualisé « les valeurs québécoises et canadiennes ». Il y a 8 000 000 de Québécois et Québécoises au Québec et je peux avancer qu’on aurait 8 000 000 de versions différentes sur ce que sont les « valeurs québécoises ».. En fait 85 % des Québécois sont inquiets que des gens qu’ils inventent dans leur imagination attaquent des valeurs qui ne sont même pas les mêmes que leurs voisins… Il aurait été plus judicieux de nommer les groupes et les valeurs explicitement.

Il faut aussi parler de la notion encore très floue de « Certains immigrants ».  Qui sont ces « certains immigrants » et combien sont-ils ? Moi, je pourrais affirmer que 12 musulmans extrémistes sont probablement en train de fomenter un complot quelconque contre le Québec, mais je peux sûrement trouver 12 Italiens, 12 Asiatiques, 12 Mexicains et sûrement une belle collection de Français du Plateau tout aussi dangereux, mais que dire des douzaines de sympathisants nazis oeuvrant dans des confréries de « Québécois de souche » en tout genre ?

On nous parle alors de guerre de valeurs… ben oui, il y a une « Guerre de valeurs » au Québec ! Grosse affaire ! Heille yo bonhomme, ce n’est pas un problème, l’gros, c’est un processus sociologique totalement normal à toute société d’accueil comme la nôtre… On pourrait avoir fait le même sondage en 1915, en 1875 ou en 1985, que les résultats auraient probablement été les mêmes.  Pour la crise identitaire, on repassera !

Pour vous prouver que ce n’est pas nouveau qu’on a peur de « certains immigrants » qui s’attaquent à nos valeurs. voici des exemples du passé :

« l’invasion » irlandaise :

Ganges1876KlantreeromeScientific_racism_irish

Punch_Anti-Irish_propaganda_(1882)_Irish_Frankenstein

 

Ou bien le fameux, « péril jaune » :

Mongolian_octopus YellowTerror

 

Mais revenons à notre article…

Ensuite on nous indique que 79 % des Québécois sont inquiets que des actes terroristes soient commis sur le territoire.  Wow ! Grosse découverte ! C’est sûr que les gens sont inquiets que des choses inquiétantes surviennent… La question adéquate à poser aurait été de demander si les Québécois trouvent cette menace probable et dans quelle mesure ces attentats pourraient subvenir au Québec ? Ou encore, si ces menaces ont transformé les habitudes quotidiennes des Québécoises et Québécois… parce que, si ça ne change absolument rien dans ta vie, ce n’est pas vraiment une menace…

Et ensuite, on nous dit que 79 % sont aussi inquiets que des jeunes soient convertis pour en faire des combattants à l’étranger… Bon, franchement… Je veux dire dans l’histoire, le jugement des plus vieux sur les choix des plus jeunes a toujours été super adéquat au possible…genre… super exact et aucunement à côté de la track… Dois-je vous rappeler le Rock n’ Roll, les Mothers against Kiss, ou les conservateurs outragés contre N.W.A ou Ozzy Osbourne… que dire des délires contre la girafe cancérigène ou les imbéciles de haut-niveau qui refusent de faire vacciner leurs enfants.

Bon je commence à dépomper contre ce sondage et cet article merdiques… Mais je crois ce qu’il faut comprendre dans tout cela, est que l’inquiétude ne pousse pas à des politiques publiques adéquates.  Dans ces temps incertains, le choix politique qui s’offre à nous reste toujours entre voter pour ceux qui nous disent d’écouter nos peurs ou ceux qui nous invitent « à n’avoir peur que de la peur elle-même ».

P-S : Pour ceux qui veulent lire l’article ou se torcher avec

http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/201502/21/01-4846182-lintegrisme-religieux-suscite-lapprehension.php

Petite mise en garde avant de commencer le printemps 2015…

12 Jan

L’annonce d’une grande contestation au printemps 2015, ne semble pas atteindre le gouvernement actuel. Malgré l’évidente adhésion d’une très grande partie de la population à la mobilisation contre les mesures d’austérité, le gouvernement Couillard ne semble pas broncher et garde le cap. Il est clair que les Libéraux cherchent le conflit.

L’horrible tactique du Parti Québécois lors de la dernière campagne électorale, donne l’impression aux libéraux qu’ils ont raison. Il faut se souvenir que les Libéraux ont perdu avec une marge très mince suite à l’élection qui a suivie le Printemps érable.  Ils veulent désormais en finir avec les syndicats et les étudiants.  Il semble que pour certains, le Printemps érable était une erreur de l’histoire, plutôt due à la collusion et la corruption qu’à un ras-le-bol généralisé envers les politiques néolibérales.

L’oeuvre « immense » des libéraux, le projet de pornographie comptable qu’est l’austérité est un rêve qui se discute depuis des dizaines d’années lors des réceptions des Chambres de commerce partout au Québec.  La crise créé par la Charte des Valeurs a en quelque sorte mis les libéraux au pouvoir par défaut. Pour certains, une telle occasion de remodeler le « modèle québécois » au goût d’une Élite en perte de vitesse, ne passera pas de sitôt. Leur tour va bientôt finir, aussi bien tout prendre pendant qu’on en a encore le temps…

Mais d’un autre côté, quel est le but des contestataires du programme d’austérité ? Malgré la grogne généralisée, les objectifs visées par les différents groupes sont forts différents.  Est-ce que toute la lutte qui s’en vient, mérite un adoucissement des mesures d’Austérité ou le statu quo ? Que ce soit dans le gouvernement actuel ou un autre…  Il faudra proposer autre chose.  Le but doit être de transformer le Québec et on doit s’entendre sur les moyens pour y arriver.

Couper moins c’est vouloir couper le reste plus tard. Il faut investir, arrêter de penser aux dépenses, mais aux revenus.  N’importe quel dirigeant de PME vous le dira, qu’il « vaut mieux penser à faire des piasses, que de sauver des cennes ».

L’histoire impose des actions, cependant personne n’ose les faire, car elles imposent par le fait même, un remaniement des structures de pouvoir.  C’est bien connu, les politiciens et les autres types de décideurs publics ne veulent pas trop faire de compromis sur ce point, afin de ne pas perdre leurs places.

Dans l’État actuel des forces politiques, rien ne semble annoncer un réel changement.  La contestation envers le PLQ et son projet d’austérité, apparaît presque virtuelle.

Il est évident que les syndicats seront le fer de lance de la constestation et ils se battront sûrement avec grande ténacité, mais à part démontrer son mécontentement et nuire à la circulation, que puissent-ils faire de plus?  J’espère que ces mêmes syndicats qui semblaient dépassés par les tactiques des jeunes lors du printemps 2012, auront appris deux ou trois choses utiles pour celui qui s’en vient…

Il ne faut pas oublier qu’incapables de s’emparer du pouvoir, les étudiants ont dû « jouer le système » et s’en remettre au bon vouloir du gouvernement Marois pour « Bloquer la hausse ».  Le goût de la victoire a été un peu fade, compte tenu de la mobilisation.  Il ne faut pas que des démonstrations contre l’Austérité, mais proposer quelque chose qui transcende les divisions actuelles de la société québécoise.

Les contestataires devront accepter d’accueillir les partis  (PKP compris) et ces mêmes partis (incluant le Grand Satan PKP en personne) devront laisser se transformer par la contestation.  S’il veut le pouvoir et même faire l’indépendance, le PQ devra arrêter de se comporter comme un culte occulte des conditions préalables pour arriver à l’indépendance pour se situer adéquatement dans le contexte politique.

Les Baby-Boomers préfèrent dorénavant mourir dans leur pisse, maltraités par un préposé aux bénéficiaires à qui on a coupé sa pension, que de voir un arabe déménager à côté de chez eux.  Même si tous les fétichistes du terroir aboyaient en même temps, cela ne peut garantir une majorité; tant que le PQ s’attachera à la Charte des Valeurs, il fera partie du problème.

En ce qui concerne Québec Solidaire, à part épancher une détresse qui n’est pas la sienne au banquet des corbeaux, des vautours, qu’a-t-il fait d’autre ?  « Ah oui mais, le PQ si, le PQ ça… », rien ne vous dérange par contre de prêter vos militants à un parti fédéraliste qui veut faire passer un pipeline avec Stephen Harper sur la seule terre qui nous appartient en ce monde, dirigé par un ancien ministre de Jean Charest qui a invité les Québécois à la dernière élection à voter pour Philippe Couillard.

Québec Solidaire, ce n’est pas que vos idées ne sont pas les bonnes et que vous ne faites pas dans l’ensemble du bon travail, mais dans le contexte actuel, vous ne pouvez atteindre le pouvoir que soit en « atténuant » vos intentions ou vous alliant par miracle au PQ. Choses que les plus radicaux ne vous pardonneront jamais.

Les anarchistes en ont fait autant, peut-être même plus, sans se donner de parti…

Oubliez tous les disciples aveugles de Gabriel Nadeau-Dubois, oubliez les itinéraires qui ne se donnent pas, oubliez les excès de langage, ainsi que les confrontations bêtes et sans valeur qui jouent en boucle dans le cirque médiatique québécois.   Les grands gagnants du printemps érable furent les anarchistes, leurs idées ont pénétré par sédimentation les différents domaines de la société québécoise. On commence à penser non seulement la politique et l’économie, mais également l’éducation, la sexualité et l’information autrement.  Autrement pour vrai.  Ce fut depuis longtemps, la seule énergie régénératrice qui eu lieu au Québec.  Tout le reste n’est que « préservation des acquis », division et survivance… Enfin pour certains, il y a des lendemains qui chantent !

Pourquoi eux ? Pourquoi cette idéologie que l’on croyait morte ou incapable ? Pourquoi ce rêve insensé et inatteignable ? Car se sont les seuls qui ne jouent pas selon les règles stupides de notre système actuel qui avantagent toujours les mêmes.

Ce système est mauvais.  Non car il est mené par des gens mauvais, mais car il dévore carrément ceux qui le servent, demandez aux policiers…  Votre hypothèque, votre pension, vos RÉER, votre paradis artificiel que vous devez à une banque et que l’on pompe à même vos impôts.  Vous n’avez rien dans vos poches, dites-vous ? Mais n’importe quel enfant du tiers monde voyant vos Biens dira que vous êtes riches, alors que vous devez sûrement la chemise que vous avez sur le dos…

Nous avons d’un côté une énergie immense qui ne veut pas se contenir et qui est incapable de produire des résultats probants; de l’autre, une machine étatique amorphe, où le changement n’est plus qu’un mot vide dans la bouche d’exécrables acteurs d’opérettes ne convainquant plus personne.  Ceux qui veulent diriger le Québec devront se laisser transformer par cette énergie, ou seront condamnés à faire comme les Libéraux, c’est-à-dire la combattre.

La confrontation à déjà eu lieu, elle a éveillé les consciences, mais elle n’a rien donné de concret. La confrontation pourrait toutefois au printemps 2015, les éteindre.  C’est une vérité qui est difficile à lire, mais le Grand Soir n’arrivera probablement jamais. Si vous suivez uniquement le chemin de la protestation, du remue-ménage et de la manifestation ininterrompue, vous donnerez leurs 15 minutes de gloire à une bande d’idiots sans talent qui ne croient pas avoir eu leur dû lors du Printemps érable.

Le Bien commun passera deuxième, tous ces émules de blanquistes et de guédistes impénitents veulent leur grève sociale, et ils l’auront.  Cependant, répéter la tactique du printemps érable ne donnera rien.  Toutefois, jouer le jeu des parlementaires ne donnera rien non plus. Au projet de la confrontation, du déni de la justice et de la division, il faut répondre par un projet du peuple, par le peuple, pour le peuple.  Qu’on demande aux citoyennes et citoyens ce qu’ils veulent et que l’on trouve un « compromis naturel » sans l’aide du PLQ. Il y a mieux que cette haine intérieure qui sert que les desseins des usurpateurs du Bien commun.  L’heure n’est pas à la destruction, mais à la création.

Comprendre le Principe de la Péréquation

28 Août

Bon à chaque fois que l’on parle de la place du Québec au sein de la fédération Canadienne, y’a toujours quelqu’un qui revient à la péréquation. Disant que le Québec est une nation de profiteurs, vivant aux dépens de provinces riches.  Des gens de droite, allant même jusqu’à dire que le Québec est sur le BS et qu’il se paie des programmes de luxe sur le bras de l’Alberta…

Premièrement, les provinces riches ne paient pas de la péréquation, c’est toutes les provinces qui en payent.  C’est jusque certaines provinces n’en reçoivent pas…

Pour vous vulgariser le principe de la péréquation,  je vais vous faire une petite analogie.

10 amis décident de vider leurs poches et de mettre leurs petits changes sur la table. Ils décident ensuite de se les partager également entre eux. (J’ai mis des noms full ministère de l’Éducation, pour ne pas trop vous déstabiliser)

Noms des amis Petit change dans leurs poches Petits change après partage différence
Anita 1,25 $ 3,30 $ +2,05 $
Germaine 8,00 $ 3,30 $ -4,70 $
Ibrahim 5,10 $ 3,30 $ – 1,80 $
Carlos 3,20 $ 3,30 $ +0,10 $
Lili-Anne 2,55 $ 3,30 $ +0,75 $
Cédrix 1,35 $ 3,30 $ +1,95 $
Claudio 0,80 $ 3,30 $ +2,50 $
Yasmina 4,75 $ 3,30 $ -1,45 $
Charley 3,50 $ 3,30 $ -0,20 $
Sophia 2,50 $ 3,30 $ +0,80 $
Total 33,00 $ 33,30 $ 0,00

Ce que les plus riches donnent c’est 8,15 $ aux « plus pauvres »…   en fait, tout le monde détient la moyenne de la somme de tous le change contenu dans les poches des petits amis…

Et là vous vous dites : «  Ben là ! On vole les plus riches ! On est des osties profiteurs ! L’Alberta a raison d’être en maudit ! » Bon, cet exemple-là c’était pour vous faire comprendre le principe du partage des revenus selon une moyenne…

Dans le cas du Canada, le principe est un peu plus complexe… mais pas tant…

Tout d’abord, chacune des provinces envoie de l’Argent au fédéral par des taxes, des tarifs, des redevances et des impôts… et ça fait un gros « pot » dont le fédéral se sert pour payer tous ses programmes et tous ses services…  Habituellement, 40 % des revenus proviennent de l’Ontario et 20 % du Québec, et c’est environ 12 % chacun pour l’Alberta et la Colombie-Britannique.

Sauf que par habitant, l’Ontario et le Québec se retrouvent sous la moyenne Canadienne et reçoivent donc de la Péréquation…

Car on calcule les montants de revenus fiscaux par habitant dans chacune des provinces et on le compare au montant des revenus fiscaux moyen pour chacun des Canadiens.

Si le résultat est négatif, par exemple la province x envoi 500 $ de moins par habitant en revenu fiscal que la moyenne canadienne, bien le fédéral envoie 500 $ par habitant pour cette province. Si la province x a 5 000 000 d’habitants, le fédéral envoi donc 2,5 milliards de dollars à la province x.

Déjà là, ça mets les choses en perspective… quand on regarde le montant total on se dit 2,5 milliards c’est immense ! à 500 $ par personne, divisée par 365 jours, ça revient à 1,37 $ par personne, par jour…

Pour vous donner une idée le Québec a reçu en  2013-2014 7,8 milliards de péréquation au total pour un montant équivalent 961 $ par personne… ce qui signifie que le Fédéral a  envoyé  à chaque Québécois 2,62 $ par jour…

Il faut comprendre que le Québec dans l’absolu n’a pas nécessairement besoin de cet argent et l’augmentation du montant de péréquation ne signifie pas pour autant que le Québec s’appauvrit.

Prenons encore une fois un pays fictif avec 10 provinces fictives qui comporte tout le même nombre d’habitants, pour expliquer cet autre élément de la péréquation.

Péréquation en 2014 pour pays fictif

Provinces Revenus fiscaux par habitants Moyenne dans le pays fictif Montant de Péréquation par habitant
1 100 $ 550 $ 450 $
2 200 $ 550 $ 350 $
3 300 $ 550 $ 250 $
4 400 $ 550 $ 150 $
5 500 $ 550 $   50 $
6 600 $ 550 $
7 700 $ 550 $
8 800 $ 550 $
9 900 $ 550 $
10 1000 $ 550 $

Donc, imaginons maintenant  qu’il y a eu l’année suivante des difficultés économiques dans la province 10

Péréquation pour pays fictif en 2015 (scénario A)

Provinces Revenus fiscaux par habitants Moyenne dans le pays fictif Montant de Péréquation par habitant
1 100 $ 460 $ 360 $
2 200 $ 460 $ 260 $
3 300 $ 460 $ 160 $
4 400 $ 460 $ 60 $
5 500 $ 460 $
6 600 $ 460 $
7 700 $ 460 $
8 800 $ 460 $
9 900 $ 460 $
10 100 $ 460 $ 360 $

Même résultat, mais baisse de la Péréquation… pour les provinces 1,2,3,4, et 5 n’en reçoit désormais plus… on pourrait croire que leur situation économique s’est améliorée, mais il n’en n’est rien…

Imaginons maintenant que toutes les provinces ont amélioré leur situation, mais qu’une l’a amélioré beaucoup plus que les autres :

Péréquation pour pays fictif en 2015 (scénario B)

Provinces Revenus fiscaux par habitants Moyenne dans le pays fictif Montant de Péréquation par habitant
1 200 $ 790 $ 590 $
2 300 $ 790 $ 490 $
3 400 $ 790 $ 390 $
4 500 $ 790 $ 290 $
5 600 $ 790 $ 190 $
6 700 $ 790 $   90 $
7 800 $ 790 $
8 900 $ 790 $
9 1000 $ 790 $
10 2500 $ 790 $

Augmentation importante de la Péréquation, malgré le fait que la situation de tous s’est améliorée, les provinces les plus pauvres ont l’air de « profiter » encore plus du système, alors qu’il n’en est rien, le montant de péréquation augmente parce qu’une province a augmenté sensiblement plus que les autres, les tirant ainsi « vers le haut »…

Alors la péréquation c’est quoi ?

La péréquation c’est une mesure statistique, recevoir de la péréquation ne signifie pas pour autant que la province est pauvre, elle envoie seulement moins de revenus fiscaux par habitant que la moyenne canadienne.

La Péréquation est une mesure pragmatique.  Elle a été mise en place pour favoriser le développement des provinces moins fortes économiquement, mais surtout pour atténuer les effets de concentration de certaines activités économiques, qui sont en fait un phénomène normal dans un État.  Par exemple, le secteur financier à Toronto fournit beaucoup d’activité économique et donc beaucoup de revenus à l’État.  Mais ce n’est pas parce que cette région a été magiquement meilleure que les autres pour recueillir une telle concentration, c’est au gré des changements économiques et des décisions des compagnies de centraliser un peu plus leurs activités… De plus, les provinces « plus pauvres » fournissent la main-d’œuvre qui ira travailler dans les provinces les plus riches qui en demandent de plus en plus…

La « fausse richesse » du Canada

Il faut comprendre que dans l’économie actuelle les certaines matières premières sont surévaluées, et les provinces qui les produisent comme l’Alberta et Terre-Neuve pour le pétrole, ou la Saskatchewan pour la potasse, vont augmenter la part des revenus fiscaux au Canada.  L’Ontario et le Québec par exemple ne sont pas pauvres, elles ont juste le « malheur » de ne pas avoir ces ressources en abondance sur leur territoire…

À vrai dire, le Canada profite de la conjoncture économique qui favorise l’exploitation de ressources énergétiques, même à fort prix.  Les taux de croissance vertigineux du continent asiatique permettent de gonfler les redevances sur le pétrole ou d’autres métaux.  Mais tout le monde semble croire que cette manne sera temporaire, ce qui pourrait mettre un train à l’exploitation coûteuse en investissement du pétrole canadien (sable bitumineux, plate-forme maritime, pétrole de schiste…)  à titre d’exemple, suite à la crise financière de 2008, l’Alberta a passé d’un surplus à un déficit, si le marché du pétrole n’avait pas repris, la situation aurait été catastrophique.

Que doit faire le Québec pour ne plus recevoir de péréquation ?

Le Québec a un certain avantage face aux autres provinces, elle ne dépend presque pas des matières premières, donc est moins fragile face à la spéculation… Si notre dette est plus grande, on peut mieux prévoir sur le long terme et mieux contrôler sa croissance…

L’Alberta ne paie pas les garderies à 7 $ avec la péréquation (on n’est pas surtaxé au Québec pour rien), mais cependant elle paie pour le manque de productivité de nos entreprises.  L’Allemagne et le Japon n’ont pas de pétrole et pourtant ce sont des superpuissances économiques. Pourquoi ? Car leurs entreprises se sont concentrées sur les produits à très haute valeur ajoutée.  Ces entreprises nécessitent des employés de qualité, formés dans un système d’éducation des plus performants, et avec un financement d’un État qui force littéralement ses entreprises à investir massivement dans la recherche et développement.

L’Économie québécoise elle, s’est rebâtie dans les années 90 en profitant du libre-échange avec les États-Unis en fabriquant des produits peu coûteux, grandement dus à un dollar canadien faible.  Lorsque le prix du pétrole a fait monter notre dollar, les entreprises québécoises offraient dorénavant des produits moins bons et plus chers… Qu’on fait les entreprises ? Elles ont cherché à améliorer leur compétitivé, c’est-à-dire baisser les salaires de leurs employés et s’arranger pour payer moins d’impôts, afin d’offrir un prix raisonnable…

Moins de salaires et moins d’impôts, entraînant alors un cycle d’appauvrissement général…  De là, la volonté des gouvernements libéraux à attirer les investissements étrangers à tout prix quitte à détruire l’environnement, des citoyens à demander de baisser leurs impôts, de réduire les programmes sociaux et le nombre de fonctionnaires, ce qui finit par engendrer une perte de revenus, ce qui nous enfonce encore plus dans le… problème…

On n’a un sérieux coup de barre à mettre dans l’économie québécoise, ça, c’est vrai.  Mais ce n’est pas en coupant qu’on va arranger les choses.  L’Austérité ce n’est qu’une nouvelle façon de pelleter le problème en avant, au lieu de l’envoyer dans la dette, on le donne au reste de la population par un manque de revenus, qui finit par grossir la même dette publique…

Afin de sauver l’avenir de tous les Québécois, il va falloir que nos entreprises (et les riches qui en profitent) fassent un effort supplémentaire, un investissement dans sa propre population par (oh arrière Satan !) le biais d’impôts et de taxes.  D’un autre côté, l’État et les syndicats devront changer leurs façons de faire… Je ne veux pas trop élaborer sur les modèles de gouvernance à adopter, mais si nous voulons être plus riches collectivement, il va falloir investir dans notre avenir, et l’argent ne tombera pas du ciel.  Il faudra tous faire des sacrifices, mais au moins ceux-ci pourront être payants à l’ensemble de la population, surtout aux moins nantis, ce qui est toujours mieux que de donner de l’argent aux riches en s’appauvrissant collectivement.

Et si on comptait les abstentions ?

24 Avr

à tous ceux qui cherchent où se cachent les électeurs libéraux, je crois que j’ai ici les réponses 😉

 

Voici le résultat officiel de l’élection québécoise du 7 avril 2014 :

PLQ  70 sièges (41,52 %); PQ 30 sièges (25,38 %); CAQ 22 sièges (23,05 %); QS 3 sièges (7,63 %)

Il y a eu à cette élection, un taux de participation de 71,44 %

Ce qui signifie qu’environ 58,5 % des gens qui ont voté, n’ont pas voté pour le PLQ et qu’environ 70,4 % des électeurs inscrit n’ont pas voté pour le PLQ.

À vrai dire, le résultat réel[i] de cette élection est le suivant :

PLQ  (29,66 %); Abstentions (28,56 %); PQ (18,13 %); CAQ (16,47 %); QS (5,45 %)

Le résultat qui était devant nos yeux le soir du 7 avril (et tous les précédents d’ailleurs) était une illusion.  Un gouvernement que l’on croit légitime à régner comme bon lui semble, n’a en fait qu’un infime appui de la part des électeurs.   On peut avancer que dans une certaine mesure les anarchistes ont raison de nous répéter sans cesse « élection, piège à cons ».  Déjà que les règles du jeu donne un avantage démesurés au parti qui amasse le plus de votes, les partis politiques nous font croire à un soutien surestimé dans la population.

Alors si on comptait les abstentionnistes qui peut-être sans le vouloir de sombre partisans de l’anarchisme ;)… ce que je veux dire est de donner aux partis les sièges qu’ils méritent… qu’ils aient le nombre de députés au nombre réel de votes qu’ils ont reçus… Les abstentionnistes auraient ainsi leurs sièges qui n’irait donc à personne d’autres et qu’il faudrait tout de même compter lorsqu’on voterait un projet de loi…  Ceci n’est qu’utopie, mais un tel système n’obligerait-il pas les partis à offrir plus aux électeurs pour recueillir leurs votes ?

L’Assemblée Nationale aurait donc la répartition des sièges suivants si on n’avait un système proportionnel et si l’on acceptait les abstentions[ii] :

PLQ :                                     38

Abstentionnistes :          36

PQ :                                       23

CAQ :                                    21

QS :                                       7

 

Les abstentionnistes sont en quelque sorte une opposition au pouvoir en place, en ne se reconnaissant pas dans l’offre politique et le système actuel.

 

Étant toujours du côté de l’opposition, il faudrait alors les votes du PLQ, du PQ et de la CAQ ou ceux du PLQ, du PQ et de QS pour avoir une Majorité (plus de 63 voix).  Un tel système forcerait alors les partis au compromis, tout en sauvant quelques salaires de députés…

 

Et si on suit cette logique, qu’auraient été les résultats des élections précédentes ?

 

2012

PQ PLQ CAQ QS
Résultat de l’élection  % 31,95 31,2 27,05 6,3
Résultat réel  % 23,83 23,28 20,18 4,7

Taux de participation : 74,6 %, donc 25,4 % d’abstentionnistes

Nombre de sièges :

Abstentionnistes :          33

PQ :                                       30

PLQ :                                     30

CAQ :                                    26

QS :                                       6

 

2008

PLQ PQ ADQ QS
Résultat de l’élection % 42,08 35,17 16,37 3,78
Résultat réel % 24,16 20,2 9,4 2,17

Taux de participation : 57,43 %, donc 42,57 % d’abstentionnistes

Nombre de sièges :

Abstentionnistes :          54

PLQ :                                     31

PQ :                                       26

ADQ :                                   12

QS :                                       2

 

2007

PLQ ADQ PQ Verts QS
Résultat de l’élection % 33,08 30,84 28,35 3,85 3,64
Résultat réel % 23,56 21,97 20,19 2,74 2,59

Taux de participation : 71,23 %, donc 28,77 % d’abstentionnistes

Nombre de sièges :

Abstentionnistes :          36

PLQ :                                     30

ADQ :                                   28

PQ :                                       25

Verts :                                    3

QS :                                        3

 

Voyons maintenant ce que nous révèle la comparaison de scores des partis pour chacune des élections

 

Résultats des partis (en %) pour de 2007 à 2014

PLQ PQ ADQ/CAQ QS
2007 23,56 20,19 21,97 2,59
2008 24,16 20,20 9,40 2,17
2012 23,28 23,83 20,18 4,70
2014 29,66 18,13 16,47 5,45

 

Voilà des chiffres pouvant calmer certaines ardeurs et mettre en perspective la « dégelée » du PQ. Cependant, on peut déceler une certaine stabilité dans les votes des vieux partis.  Rien ici ne peut mettre en cause le leadership de Pauline Marois, ayant un score semblable, plus élevé et en deçà de son prédécesseur, André Boisclair.  La seule chose qui a changé lors des deux dernières élections c’est le contexte et les politiques mise de l’avant par les péquistes.  Le meilleur score du PQ a été après le Mouvement du printemps érable et il avait mis de l’avant à ce moment des politiques plus progressistes.  En 2014, ce fut la Charte et un visage plus conservateur que l’on présenta à la population.  En revanche, même si lors des deux élections le PQ ne promettait pas de référendum et que le PLQ en agitait la menace, celle-ci ne fût écoutée qu’en 2014… Sûrement que les histoires de corruptions qui collaient au gouvernement Charest, donnait plutôt envie de se débarrasser de lui que de prendre ces menaces au sérieux…

Le score surprenant du PLQ à l’élection de 2014, pourrait s’expliquer par la réaction à la Charte et la « menace » d’un référendum.  On pourrait aussi avancer l’hypothèse des transbordements, où environ 6 % d’électeurs ayant voté pour la CAQ en 2012 ont voté PLQ et par la suite environ du  2 % bassin « normal » d’électeurs du PQ se sont dirigé vers la CAQ.

Aussi ont peut voir que les abstentionnistes sont plutôt des réformateurs de droite, ce sont en autres grandement les électeurs de l’ADQ et de la CAQ qui ont fait varier le taux de participation.  De son côté QS, fait le plein tranquillement de nouveaux électeurs qui, sans être nombreux, semblent être plus fidèles et résilients.

 

Que doit faire le PQ ?

Ce que doit faire le PQ, c’est de sortir de cette zone d’environ 20 %, c’est-à-dire qu’à chaque élection il y a environ 20 % des électeurs inscrits qui vont voter pour le PQ. C’est là, la tâche que Pauline Marois et son équipe n’ont pas réussi à accomplir.  Il faut que ce parti, dans le système actuel, aille recueillir un bassin d’environ 24,25 ou 26 % d’électeurs réels.

Les voies qui s’offrent actuellement au PQ est de, soit d’aller vers la droite et « tendre la main » à la CAQ, ou aller vers la gauche  pour  se rapprocher de QS et d’ON.  Chaque choix entraînera un effet de l’autre côté… c’est-à-dire qu’il perdrait automatiquement des appuis.  Cependant, même s’il a fait une excursion plutôt timide vers la gauche en 2012, le PQ a tout de même reçu plus d’appuis que lors des autres élections.

Il faudra bien juger le contexte. Le PLQ devrait redescendre à un niveau plus habituel, c’est-à-dire 23-24 %, son but sera de rendre les gens apathiques, car les faibles taux de participation l’avantage toujours. Il devra faire attention à ne pas mettre les gens en colère, comme en 2012… s’il a bien compris la leçon, nous assisteront sûrement à quatre années où se mêleront l’indifférence et l’insignifiance.

L’arrivée d’un NPD-Québec pourrait également changer la donne, le PQ devra faire attention de bien se positionner.  S’il va à droite, les chiffres additionnant PQ et CAQ donne sûrement une majorité à une formation nationaliste et conservatrice, mais est-ce que les électeurs suivraient.  Le vacuum à gauche pourrait profiter à un hypothétique NPD-Québec qui pourrait faire mal, non seulement au PLQ en divisant le vote fédéraliste, mais au PQ et à QS.  Je crois que le PQ doit remplir le vide qu’il a laissé à gauche et également mettre l’accent sur des réformes.  Les sursauts de l’ADQ et de la CAQ le démontrent, les appuis jaillissent lorsqu’on démontre que l’on veut s’attaquer aux problèmes de front.  Les appuis pour la Charte, ne donnait pas tort au PQ sur ce point, mais la possibilité de faire la même Charte sans risque de référendum, avait plu aux électeurs plus conservateurs.  De là, peut-être un autre argument pour se positionner plus à gauche, les places étant déjà prises à droite…

Également, avec le bassin de 20 % au PQ, les 5,4 % actuellement à QS et les quelques votes d’Option nationale, on arrive rapidement à la masse critique nécessaire pour avoir un gouvernement majoritaire.  Cette union pourrait redonner un élan au mouvement, en apportant des personnes et des idées neuves dans un gouvernement qui proposerait des réformes structurantes et qui pousserait l’abstentionniste moyen à aller voter.  Ce qui tue le PQ c’est l’immobilisme, c’est le statu quo. Quelque soit le Chef, il faut que les choses changent !

Et si on commençait par le mode de scrutin ?

 

 

[i] N’est pas inclus ici les bulletins rejetés.  Ils sont en trop petit nombre pour avoir une réelle influence sur les données, et ont ne sait pas pourquoi ils ont été rejetés…

[ii] Avec un seuil de 3 %, ceux qui ont moins ne sont pas comptabilisé.